La qualité des biotechs américaines est-elle supérieure à celle de leurs homologues du vieux continent? Sur le papier, les biotechs belges semblent presque toutes excellentes. Le savoir-faire et les labos du plat pays en matière de biotechnologie sont parmi les meilleurs au monde. Mais dans la réalité, les biotechs belges, ainsi que les françaises, sont de véritables gouffres à cash.

À l’exception de Biocartis, qui vend ses plateformes Idylla et ses cartouches de recharge comme des petits pains, rares sont celles qui possèdent de véritables produits finis, commercialisés et rentables.

Or, en bourse mieux vaut éviter d’acheter de l’espoir…

2 biotechs américaines

Aux États-Unis, la situation est différente. Il existe plusieurs groupes de biotechnologie très rentables, et, malgré ce qu’on pourrait croire, pas toujours chers.

Deux biotechs américaines ressortent d’ailleurs du screener “formule magique” de Joël Greenblatt ce mois-ci ; il s’agit de Amgen et de Biogen.

Certaines biotechs américaines sont supérieures aux biotechs européennes

Amgen

Amgen est l’une des plus grosses biotechs américaines, et même au monde. Voici un petit résumé de ses activités avec un extrait de son formulaire 10-k :

Pionnier de la biotechnologie, Amgen est devenu l’une des principales sociétés indépendantes de biotechnologie au monde, atteint des millions de patients dans le monde et développe un pipeline de médicaments à très fort potentiel. Amgen a été constituée en Californie en 1980 et est devenue une société du Delaware en 1987. Nous sommes présents dans environ 100 pays à travers le monde. Amgen opère dans un seul secteur d’activité: la thérapeutique humaine.

78% des ventes d’Amgen viennent de 8 produits, et même 50% de leur trio de médicaments vedettes, à savoir les Enbrel, Neulasta et Prolia.

Logo Amgen : l'une des très bonnes biotechs américaines

Contrairement aux biotechs sous nos latitudes qui se focalisent encore sur la recherche, avec parfois, et au mieux, des produits en phase 3 de développement, tous les produits d’Amgen se trouvent depuis des années en pharmacies. Ils sont très consommés aux États-Unis, d’où le groupe tire 74% de ses revenus.

Contrairement à ses homologues belges et françaises, la firme génère beaucoup de free cash flow et possède un ROE important (Return On Equity) : 70%

Le ROIC (Return On Invested Capital) est très élevé également et les marges bénéficiaires sont très confortables, avec 33,5%.

L’objectif principal d’Amgen est de maintenir ce moteur en croissance, idéalement en diversifiant de plus en plus ses produits afin de réduire les risques.

Le bilan de la société est également très solide, avec 30 milliards de dollars de dettes pour 9 milliards de liquidités, soit 21 milliards de dette nette.

Partant du fait qu’Amgen génère un bénéfice net et/ou un free cash flow de 7 à 9 milliards par an – cela varie – le ratio dette/FCF est à 2,8, très correct donc ! Le ratio cours/free cash flow est quant à lui d’environ 16.

Biogen

Biogen a fait l’actualité en 2019 car Warren Buffett a acheté une petite part de la société, pour 197,4 millions de dollars au cours actuel.

Comme pour Amgen, voici un petit extrait du 10-k :

Biogen est une société biopharmaceutique globale axée sur la découverte, le développement et la fourniture de thérapies innovantes dans le monde entier pour les personnes souffrant de maladies neurologiques et neurodégénératives graves, y compris dans nos principaux domaines de croissance que sont la sclérose en plaques et la neuroimmunologie, la maladie d’Alzheimer et la démence, et les troubles neuromusculaires, y compris l’atrophie musculaire spinale et la sclérose latérale amyotrophique.

Biogen a défrayé la chronique en mars 2019 en annonçant l’échec de son traitement en phase 3 contre la maladie d’Alzheimer ; l’aducanumab. L’action avait plongé de 30% suite à cette mauvaise nouvelle, pour ensuite effacer ses pertes dans les mois qui avaient suivi l’annonce.

Logo Biogen : l'une des très bonnes biotechs américaines

Mais il y avait eu un retournement de situation en octobre 2019 : la boîte avait déclaré qu’elle chercherait malgré tout à obtenir l’approbation de la FDA américaine pour son médicament contre l’Alzheimer suite à des progrès dans ses dernières analyses sur un nouveau groupe de patients.

On s’en doute, si Warren Buffett a choisi d’y mettre quelques billes, c’est que le groupe possède d’excellents ratios financiers.

Biogen engrange en effet de très bonnes marges sur ses ventes : 41,5%. Elle tire environ 60% de ses revenus du marché américain. Le Return On Equity est très bon aussi, avec 44,5.

Cette société est moins chère que sa consoeur Amgen : son ratio P/E au cours des douze derniers mois n’est qu’à un peu plus de 9, contre un peu plus de 17 pour la première citée.

L’autre avantage est que Biogen possède un ratio dettes/fonds propres d’à peine 0,37. La firme parvient aussi à réduire progressivement sa dette à long terme : elle est passée de 6,52 milliards en 2015 à 4,45 milliards en 2019 !

Or, quand on sait que le free cash flow était d’un peu plus de 7 milliards cette même année, on se dit que la société ne connaîtra sans doute aucun problème pour la rembourser.

Conclusion

Ces deux biotechs américaines n’ont évidemment rien en commun avec nos biotechs européennes, encore centrées essentiellement sur la recherche.

Amgen et Biogen vendent leurs médicaments à grande échelle, et depuis longtemps, engendrant de gros flux de trésoreries, des marges très élevées et des bénéfices importants.

Le plus gros risque d’investir dans les biotechs américaines reste sans doute les réglementations des soins de santé aux USA, qui peuvent se voir complètement réformées à chaque nouvelle élection présidentielle.

Pour rappel, Amgen tire 74% de son chiffre d’affaire du marché américain, contre 60% pour Biogen.

Avertissement : Cette analyse sur les biotechs américaines est une indication, et aucunement un conseil d’achat. Par conséquent, l’auteur ne pourra être tenu responsable en cas de pertes sur le(s) produit(s) concerné(s). Tout investissement comporte des risques de pertes. Pour plus d’infos, voyez nos mentions légales.

NE RATEZ AUCUN ARTICLE !

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite

Merci de votre inscription, consultez vos emails pour confirmer

Oups, quelque chose s'est mal passé