Les 7 Leçons Boursières Et Financières De 2019

Quelles leçons boursières et financières ai-je appris en 2019 ? Voici en vrac quelques enseignements que j’ai pu tirer de l’année écoulée. Ce sont des données subjectives que certains ne partageront peut-être pas. Que ceux-là n’hésitent pas à en débattre dans les commentaires sous l’article.

Les leçons boursières de 2019 :

Certains sites ne sont que des vitrines commerciales

C’est un constat que j’ai pu faire. Dans la blogosphère francophone, beaucoup de blogueurs boursiers n’investissent pas en réel mais vendent uniquement des formations boursières. C’est leur manière de rentabiliser leur blog.

Je ne leur jette pas la pierre, il faut bien payer l’hébergement, mais comment offrir des formations avisées si on n’investit pas soi-même?

On trouve donc généralement des informations plus complètes et plus fiables sur la bourse sur les sites anglophones.

L’analyse technique ne fonctionne plus très bien à cause de Trump

Les analystes techniques s’arrachent les cheveux depuis que Donald Trump a fait de Twitter son outil promotionnel.

Trump tweete depuis ses toilettes

Imaginez… Un expert publie une analyse technique complète sur une action ou un indice, et voilà qu’elle se retrouve complètement annihilée quelques minutes plus tard par un tweet du président américain.

Comme le souligne si bien le journal l’Echo dans sa rétrospective 2019, la banque américaine JPMorgan a même créé un outil qui permet d’évaluer l’impact des tweets de Trump sur la volatilité de l’indice américain S&P500.

Ce outil, le Volfefe, a mesuré qu’au cours des années 2018 et 2019, 146 tweets du président ont influencé les marchés boursiers.

Aucun accord Chine/USA ne sera signé

Je suppose que certains lecteurs penseront : “mais si, un accord commercial a été conclu pas plus tard que la semaine dernière“!

Quand je dis qu’aucun accord Chine/USA ne sera signé, je veux dire par là aucun accord majeur.

La guerre commerciale ne sera jamais réglée. Une des leçons boursières de 2019

La Chine ne va pas bouleverser ses plans de croissance, qui s’étalent sur plusieurs dizaines d’années – elle compte devenir la première puissance économique d’ici 2049 – juste pour les beaux yeux de twitter-man.

En réalité, les deux parties ont eu ce qu’elles voulaient : Trump a sa “victoire” commerciale pour sa réélection et la Chine peut de nouveau exporter ses marchandises vers les États-Unis sans (trop) de taxes douanières. Il ne se passera donc plus rien sur ce dossier avant novembre 2020.

Si Trump est réélu, et il le sera (voir ci-dessous), la Chine devra attendre 4 ans de plus, mais ce qu’elle ne fera certainement pas, c’est changer drastiquement ses plans de développement.

Trump sera réélu

Les démocrates se sont sacrément fourvoyés en lançant une procédure de destitution. Les attaques incessantes contre Trump n’ont fait que galvaniser son électorat. Selon un sondage publié avant-hier, sa cote de popularité est maintenant au plus haut.

Aujourd’hui, c’est le vote de la chambre des démocrates pour la destitution du président américain. Celui-ci sera sans doute mis en accusation, puis repêché par le sénat. C’est même inévitable. Rien ni personne ne pourra alors empêcher sa route vers la réélection.

Rien sauf… un krach boursier. Seul un effondrement généralisé des marchés financiers avant octobre 2020 pourrait empêcher sa réélection. Trop d’américains possèdent des plans d’épargne pension, de type 401(k), et y tiennent comme à la prunelle de leurs yeux.

L’or a commencé son cycle haussier

Pépite d'or

Et ce n’est que le début. Avec un dollar appelé à s’affaiblir et un status quo des taux d’intérêts des banques centrales, un cours de l’or à 2000$ l’once n’est sans doute plus qu’une question de temps.

Je privilégie toujours les streamers d’or par rapport aux minières, à l’or physique ou aux trackers aurifères, essentiellement car ils possèdent un meilleur rendement et une meilleure stabilité financière.

Les courtiers ne remboursent plus les frais de transfert

Par rapport aux autres leçons boursières, celle-ci est assez anecdotique, mais c’est un constat que j’ai pu faire en 2019.

Quand vous transférez vos titres d’un courtier A à un courtier B, ce dernier offre uniquement des frais de courtage gratuits à utiliser dans les X mois qui suivent le transfert de ces titres.

Plus aucun courtier n’offre un remboursement des frais de transfert en cash, comme c’était le cas dans le passé.

Peut-être que les restrictions budgétaires les touchent aussi, finalement…

Les actions “value” à dividende sont redevenues un must

Suite au presque-mini-accord-mais-pas-encore-signé entre la Chine et les États-Unis, la volatilité des marchés d’actions est retombée à un niveau très bas.

En outre, le S&P500 bat de nouveaux records chaque jour. Le marché américain devient de plus en plus surévalué.

Enfin, l’indice “Fear and Greed“, actuellement à 87/100 (extreme greed), n’a plus été aussi élevé depuis des années.

Cela n’augure rien de bon. Il est plus que nécessaire de protéger son portefeuille boursier. On peut le faire avec des métaux précieux, un tracker VIX ou des actions défensives.

Ces actions de secteurs défensifs, qui offrent de beaux dividendes, redeviennent de plus en plus indispensables dans un portefeuille équilibré.

Des exemples de secteurs défensifs? L’énergie, les matières premières, l’alimentation, l’agriculture, etc.

Vous aussi, n’hésitez pas à nous donner vos propres leçons boursières dans les commentaires !

Ne ratez aucun article !

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite

Merci de votre inscription, consultez vos emails pour confirmer

Oups, quelque chose s'est mal passé

← Previous post

Next post →

1 Comment

  1. Bonjour Nathanael,

    Je ne suis pas d’accord quand vous dites que l’analyse technique ne fonctionne plus très bien à cause de Trump. Personnellement, j’ai utilisé l’AT pour la gestion de mon portefeuille de swing trading et le résultat est extrêmement positif en 2019.

    Malgré les tweets et la volatilité, les supports ont été respectés sur le S&P ou le Nasdaq. Je dirai même plus que la volatilité m’a donné encore plus d’opportunités.

    Peut être que le résultat est moins avantageux pour les day-traders.

    Concernant la réélection Trump, je suis du même avis que vous. Jamais la bourse n’a baissé alors qu’un président se représentait (sauf en 1940 qui correspond aux prémisses de la WWII).

    Alexandre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.