Je n’ai pas été le seul à placer, voici 8 mois, Biocartis parmi mes actions favorites. A l’époque, le cours oscillait autour des 10-11€. Il s’affiche aujourd’hui à… 6,39€, soit une chute de 40% et ce, après un plus bas à 5,4€ ! Une débandade ?

Souvenons-nous d’Ablynx. Début 2015, l’action avait été choisie comme la plus attractive de l’année par un célèbre quotidien belge. Mais le résultat s’était révélé très décevant au bout du compte. Puis survint l’OPA de Sanofi et la magnifique opération financière pour les anciens investisseurs.

Logo de Biocartis

Sera-ce le cas de Biocartis ? Nous en saurons davantage après la publication des résultats ce jeudi. Ils porteront à la fois sur la vente des plateformes Idylla et sur les échéances attendues en vue d’obtenir un label pour ses tests en cours d’examen (une quinzaine), notamment en Chine. Et l’enjeu sera crucial pour le titre à court terme.

En attendant, je me suis déplacé jusqu’à l’entreprise malinoise pour interviewer Renate Degrave, responsable de la communication commerciale, que je remercie pour l’occasion.

Biocartis-Idylla : c’est quoi ?

Lancée sur le marché fin 2014, Idylla, développée par Biocartis, est une plateforme de détection moléculaire centrée sur l’oncologie (cancers mélanome, colorectal, du colon). Une quinzaine de tests existent actuellement.

Le principe est à la fois simple et révolutionnaire : à partir d’un échantillon de tumeur, même infime, Idylla renvoie en quelques minutes le stade d’évolution de la-dite tumeur et oriente directement le praticien vers le traitement adéquat.

Et cela fonctionne. L’Idylla™ KRAS Mutation Test permet la détection des mutations KRAS directement à partir de coupes de tissus et permet de détecter plusieurs mutations essentielles, avec un degré de sensitivité de 96%.

Ses principaux concurrents font beaucoup moins bien, aussi bien au niveau de la fiabilité du test qu’au niveau de la durée pour obtenir les résultats. Ceci réduit en outre considérablement les erreurs de diagnostic.

Progression des ventes de l'Idylla de Biocartis

Biocartis, propriétaire de la plateforme, vend déjà sa plateforme Idylla en Europe et aux Etats-Unis au prix d’environ 50.000 €. La société a d’ailleurs, de façon symbolique, vendu sa millième plateforme aux États-Unis voici quelques mois. Belle prouesse !

En parallèle aux ventes de la plateforme Idylla, il y a les ventes de cartouches de recharge. C’est surtout celles-ci qui assureront la future croissance des vents de Biocartis.

Il faut dire qu’une cartouche de recharge coûte entre 150 et 200€, et que l’hôpital ne peut l’utiliser qu’une seule fois. Cela vous paraît coûteux? C’est en fait nettement moins cher que la plupart des tests traditionnels de détection des cancers, et donc une bonne affaire pour les clients de Biocartis.

Une cartouche de recharge d'Idylla
Une cartouche de recharge d’Idylla

On notera aussi une dynamique de développement intelligente. Récemment, Biocartis a en effet présenté une version liquide de sa plateforme, lorsque l’échantillon est particulièrement réduit ou difficile à analyser.

Les avantages d’Idylla

De 30 minutes à 2 heures… Toute personne qui a connu un cancer connaît l’importance de la rapidité du diagnostic pour le traitement.

La plateforme Idylla de Biocartis
La plateforme Idylla

Mais, pour commencer, cette plate-forme permet au patient de faire l’économie de journées, voire de semaines, d’attente et d’examens invasifs.

Mais cette révolution a également d’autres implications pour la détection des mutations tumorales telle que nous la connaissons.

Les grands laboratoires du monde entier gagneraient énormément de place, avec une plateforme de taille réduite à 1 mètre carré, et la possibilité de faire travailler simultanément 8 postes d’analyses distincts.

Comment expliquer le faible intérêt des investisseurs pour l’action ?

Les explications sont multiples :

Premièrement, Biocartis n’est pas (ou plus) une biotech. La société développe un produit qu’elle vend déjà et pour lequel elle cherche des développements scientifiques et commerciaux.

C’est très différent d’une biotech travaillant sur une ou plusieurs molécules pour obtenir le droit de commercialiser un médicament. Pour cela, elle doit impérativement passer par le long cheminement des phases de validation. La moindre publication relative à ces résultats fait l’objet de nouvelles spéculations.

En ce qui concerne Biocartis, l’investisseur qui ne voit rien venir durant un certain temps se dirige vers des cibles plus animées. Et c’est la porte ouverte aux shorteurs.

Deuxièmement, à l’instar de plusieurs biotechs, Biocartis a eu par le passé recours à des apports de fonds via les marchés ou les investisseurs institutionnels, ce qui a eu pour conséquence une dilution directe ou indirecte qui ont fragilisé le titre. Exemple avec les obligations convertibles il y a quelques mois.

Troisièmement, Biocartis vend ses plateformes, mais elle dispose aussi de tests (les cartouches) qui doivent TOUS être labellisées avant leur mise sur le marché.

Aux États-Unis, par exemple, ces cartouches ne sont utilisées que par des laboratoires agrémentés et sociétés pharmaceutiques. La procédure d’obtention du label prend du temps (un à deux ans), même si Biocartis est très en avance sur ses concurrents sur ce point.

Quatrièmement, certaines sources financières et médias avaient prédit une baisse des ventes de la plateforme Idylla aux États-Unis pour l’année en cours.

Les atouts majeurs de Biocartis

Commençons par le développement : dès l’ouverture, rentable, des marchés de santé américains, japonais et surtout chinois aux labels de ses tests, Biocartis deviendra un incontournable de cette révolution dans la détection moléculaire des cancers actuellement ciblés.

Tant l’équipe scientifique, internationalement reconnue, que le département stratégique sont d’une grande valeur. Certes, il a fallu mettre la main à la poche, mais je pense que c’était indispensable pour s’assurer du résultat et, peut-être, d’autres indications.

A titre d’exemple, le biomarqueur BRAF, présent pour 50% des mélanomes, intervient aussi pour 50% des cancers du poumon.

Rappelons que Biocartis est très en avance sur ses concurrents dans ce processus de labellisation. Idylla relève d’une technique PCR, basée sur un module et non une succession d’analyses.

Vient ensuite la fiabilité de la détection : la sensitivité de ses tests est aussi très supérieure aux autres candidats, comme l’illustre le tableau comparatif ci-dessous du taux de sensibilité (relié à la fiabilité) du test KRAS entre Idylla de Biocartis, Roche et Agena.

Sur le plan de la facilité d’utilisation et de la rapidité, c’est encore Biocartis qui présente les meilleurs résultats selon l’étude d’AstraZeneca.

Tableau de la concurrence de Biocartis - étude d'AstraZeneca
Les concurrents de Biocartis – tableau comparatif

Les chiffres de vente des plateformes et des cartouches progressent aussi depuis la commercialisation d’Idylla, fin 2014.

En Europe, les tests les plus importants font déjà l’objet d’un label. En Belgique, ils sont remboursés par la Sécurité sociale, question cruciale pour d’autres pays, dont les États-Unis.

Conclusion

La publication des résultats ce jeudi 14 novembre 2019 aura un impact certain sur l’évolution à court-terme du titre. Il a été question d’une baisse des ventes d’Idylla aux Etats-Unis.

Biocartis attend ainsi l’aval des autorités sanitaires chinoises, mais aussi le feu vert des États-Unis et du Japon. Si, comme on a pu le lire, une légère baisse des ventes d’Idylla a été pressentie aux USA cette année, j’insisterais plutôt sur les labellisations en cours dans le monde.

Dès qu’un test obtiendra cet aval, ses dérivés suivront et ce sera tout le processus décrit plus haut qui se mettra en place, avec une véritable alternative de détections oncologiques spécifiques.

Biocartis reste une l’une de mes actions préférées et si le titre baisse, cela pourrait constituer une opportunité d’achat pour moi, parce que Biocartis est une société solide et prometteuse à moyen et long-terme.

Disclaimer : Cette analyse est une indication, et aucunement un conseil d’achat. Par conséquent, l’auteur ne pourra être tenu responsable en cas de pertes sur le(s) produit(s) concerné(s). Tout investissement comporte des risques de pertes. Pour plus d’infos, voyez nos mentions légales.

Ne ratez aucun article !

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite

Merci de votre inscription, consultez vos emails pour confirmer

Oups, quelque chose s'est mal passé

Pour nous soutenir, partagez aussi nos articles sur vos réseaux :