Biocartis, la meilleure biotech belge?

Biocartis est une autre « grosse pointure » parmi les biotechs belges. Ce n’est pourtant pas tant sa capitalisation boursière qui impressionne que sa réputation scientifique internationale.

Spécialisée dans les tests de diagnostic de mutations génétiques et de maladies infectieuses, la biotech malinoise bénéficie de la plateforme Idylla, qui permet une détection rapide et fiable.

Excusez du peu : l’année dernière, l’OMS la désignait comme pionnière de référence pour les recherches sur le virus zika.

Autour d’elle gravitent des personnalités comme le Professeur Piot (qui découvrit le virus Ebola) et la collaboration est serrée entre la jeune biotech et l’Institut des médecines tropicales d’Anvers.

Sur un plan entrepreneurial, son Fondateur, Rudi Pauwels, obtenait en 2016 le titre du meilleur manager de l’année selon Trends Tendances.

Un joli palmarès. Sans fausses notes apparentes.

Un autre atout de Biocartis, ce sont ses partenariats qui lui permettent d’implanter et développer ses outils de diagnostics dans de nombreux pays.

On citera les noms prestigieux d’Amgen, Merck, Johnson & Johnson, sans oublier une collaboration de 5 ans avec l’Agence Scientifique technologique et de Recherche de Singapour.

Biocartis entretient aussi des liens étroits avec l’Afrique, dans un contexte de possible survenue de nouveaux virus.

Ses revenus se répartissent entre la vente des produits, (sa plateforme Idylla et ses cartouches), à 44% et de ses services de collaboration scientifiques, à 56%.

Le point de vue scientifique

C’est peu dire que la biotech bénéficie d’une solide réputation scientifique internationale.

Ses avancées dans la détection moléculaire sont prometteuses. Entre autres, la plateforme Idylla permet de réduire le nombre de faux-positifs lors des tests effectués. Il s’agit d’un outil capable de détecter un oncogène par un prélèvement sanguin d’1 millilitre.

Du reste, tout est affaire de records chez Biocartis : temps-record aussi pour la lecture des résultats (quelques minutes), en comparaison avec l’analyse des tissus après biopsie.

Cet avantage (la rapidité) est une bénédiction dans les cas urgents, et permet aussi – et c’est important – aux patients de ne pas subir de nombreuses et lourdes journées d’incertitude.

Les produits-phares sont essentiellement issus des performances de la plateforme deréférence.

On notera des outils de détection centrés sur diverses molécules : le CDx (encollaboration avec Amgen : oncogènes responsables du cancer colorectal), l’YdillaKRAS, l’Ydilla BRAF (idem) entre autres.

Chaque outil diagnostic est très spécifique à des gènes particuliers. C’est notamment le cas pour les oncogènes responsables du cancer colorectal.

Biocartis envisage par ailleurs de développer d’autres tests cliniques et d’accroître les ventes de ses « testeurs ».

Tableau Biocartis



Le point de vue économique

Biocartis, comme la plupart des biotechs, peut sembler évoluer en dents de scie sur un plan financier. Fondée en 2014, elle voit son titre grimper, puis sévèrement retomber au cours de 2015.

A présent, c’est une valeur prometteuse sur le plan boursier. Les analystes sont unanimes à conseiller l’achat, mais à un cours somme toute limité de 17€ (elle cote aujourd’hui à 13,32€).

Comme c’est souvent le cas pour un secteur qui compte autant d’unités au sein d’un même indice, Biocartis est aussi tributaire du climat sectoriel.

C’est ici que se justifie, selon nous, la confiance dans la progression du titre à moyen-terme.

La biotech étant moins exposée aux longs cheminements et phases successives de validation, elle est aussi moins vulnérable aux mauvaises nouvelles fréquentes dans ce secteur.

Les points forts de Biocartis

Cette biotech a tout pour réussir et s’accroître :

 Des produits novateurs
 Des géants pharmaceutiques pour partenaires
 Une capacité à s’étendre sur tous les continents
 Des scientifiques prestigieux pour la soutenir
 Tout cela conjugué à un accroissement de ses revenus.

Les points faibles de Biocartis

Très honnêtement, je n’en vois pas d’autres que ceux communs aux biotechs que nous connaissons déjà, à savoir la volatilité sectorielle, l’émergence d’un concurrent ou racheteur ou d’une mauvaise nouvelle lors des publications annuelles, etc.

Conclusion

Si je devais prendre position sur ce titre, je l’achèterais « les yeux fermés ».

Je l’ai dit : les biotechs belges sont nombreuses, et co-exister au sein d’un même indice ne permettra qu’aux firmes solides de se développer à long-terme.

Bien que le titre est secoué en bourse ce matin (13/02/2018), je suis convaincu que Biocartis en fera partie.

TransactionBourse offre gratuitement des articles premium. Si vous voulez soutenir ses rédacteurs bénévoles, vous pouvez leur offrir un café via un don Paypal :

Biocartis, la meilleure biotech belge?
5 (100%) 6 votes

Ne ratez aucun article !

Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire.

Merci de votre inscription, consultez vos emails pour confirmer

Oups, quelque chose s'est mal passé

Ajoutez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.