David Dreman est un gourou de la bourse très respecté. Il est le fondateur et président de Dreman Value Management, un fonds d’investissement qui gère plus de 2 milliards de dollars. Mais David Dreman est surtout l’auteur de 4 livres, dont l’indispensable Contrarian Investment Strategies: The Next Generation. Celui-ci passe en revue la stratégie dite de l’investissement contrarien.

Le contrarianisme

L’investissement contrarien – ou contrariant – démocratisé par David Dreman, consiste à acheter des actions massacrées, dont personne ne veut, afin de d’essayer de maximiser son rendement boursier.

C’est aussi l’un des seuls moyens, avec l’investissement dans les small-caps, de battre le marché sur une longue période de temps.

Pratiquer le contrarianisme, c’est simplement faire l’inverse des autres ; c’est essayer d’éviter les comportements moutonniers pour éviter de se faire tondre avec le troupeau.

Et pour paraphraser Philippe, l’un de mes contacts sur Twitter :

Si vous faites comme tout le monde, vous obtiendrez les résultats de tout le monde.

Contrarianisme à la David Dreman
Faire le contraire des autres n’est pas toujours très confortable, mais c’est plus rentable

Les 40 règles d’or de David Dreman

Règle 1

N’utilisez pas le market timing ou l’analyse technique. Ces techniques ne peuvent que vous coûter de l’argent.

Règle 2

Soyez conscient de la difficulté de travailler avec une très grande quantité d’informations. Malgré ce qu’on pourrait croire, une énorme masse d’informations ne se traduit pas par des profits approfondis ; c’est même l’inverse qui peut se produire.

Règle 3

Ne prenez pas de décision d’investissement basée sur des corrélations. Toutes les corrélations du marché, qu’elles soient réelles ou illusoires, changeront tôt ou tard et finiront par disparaître.

Règle 4

Suivez scrupuleusement votre méthode d’investissement et conservez-la la plus simple possible. Nos limites dans le traitement correct des informations complexes empêchent la plupart d’entre nous de les utiliser avec succès.

Règle 5

Il n’existe pas de secteurs hautement prévisibles dans lesquels vous pouvez compter sur les prévisions des analystes. Se fier à ces estimations n’entraînera que des problèmes.

Règle 6

Les prévisions des analystes sont généralement trop optimistes. Procédez toujours à des ajustements à la baisse selon vos propres estimations de chiffre d’affaire, de bénéfice et de free cash-flow.

Règle 7

La plupart des analyses de marché actuelles nécessitent une précision des estimations des analystes qui est impossible à fournir. Évitez les méthodes qui exigent ce niveau de précision.

Règle 8

Pour Dreman, il est impossible, dans une économie dynamique dont les conditions politiques, économiques, industrielles et concurrentielles changent constamment, d’utiliser le passé pour prédire l’avenir.

Règle 9

Soyez réaliste quant aux risques de pertes sur un investissement, en reconnaissant notre tendance humaine à être à la fois trop optimiste et trop confiants. Prévoyez toujours que le pire soit beaucoup plus grave que votre projection initiale.

Règle 10

Tirez parti du taux élevé d’erreur de prévision des analystes en investissant simplement dans des actions défavorisées.

Règle 11

Les surprises positives et négatives affectent les meilleures et les pires actions d’une manière diamétralement opposée. Voir règle 12.

Règle 12

  • Les surprises, en tant que groupe, améliorent la performance des actions défavorisées, tout en nuisant à la performance des favoris.
  • Les bonnes surprises se traduisent par une appréciation importante des actions défavorisées, tout en ayant un impact minimal sur les favoris.
  • Les mauvaises surprises se traduisent par des baisses importantes du prix des favoris, tout en n’ayant pratiquement aucun impact sur les actions défavorisées.
  • L’effet d’une surprise sur les bénéfices se poursuit pendant une longue période.

Règle 13

Les actions favorisées sous-performent le marché, tandis que les sociétés défavorisées surclassent le marché, mais la réévaluation se produit souvent assez lentement.

Règle 14

Achetez des sociétés solides qui ne sont actuellement pas favorisées par le marché, par exemple en dénichant de faibles ratios cours/bénéfices, cours/flux de trésorerie ou cours/valeur comptable, ou des rendements élevés.

Règle 15

Ne spéculez pas sur des actions à la mode très chères pour générer des rendements supérieurs à la moyenne.

Règle 16

Évitez les ordres inutiles. Les coûts peuvent réduire considérablement votre rendement au fil du temps.

Les stratégies de prix bas offrent des rendements bien supérieurs au marché pendant des années et constituent un excellent moyen d’éliminer les coûts de transaction excessifs.

Règle 17

Achetez uniquement des actions contrariantes en raison de leurs caractéristiques de performance supérieures.

Règle 18

David Dreman conseille d’investir de façon équilibrée dans 20 ou 30 actions, diversifiées parmi 15 secteurs ou plus (si vous pouvez vous le permettre financièrement).

Règle 19

Achetez des actions de mid-caps ou large-caps cotées à la Bourse de New York, ou uniquement des grandes entreprises au Nasdaq ou à l’American Stock Exchange.

NDLR : cela fonctionne aussi avec des actions européennes.

Règle 20

Achetez les actions les moins chères au sein d’un secteur, tel que déterminé par les stratégies contrariantes, quel que soit le prix général du secteur.

Règle 21

Vendez une action lorsque son ratio P/E (ou un autre indicateur à contre-tendance) s’approche de celui du marché global, aussi favorables que ses perspectives puissent apparaître.

Remplacez-le par une autre action contrarienne.

Règle 22

Regardez au-delà des similitudes entre une situation d’investissement actuelle et une situation qui semble équivalente dans le passé.

Tenez compte d’autres facteurs importants qui peuvent entraîner un résultat complètement différent.

Règle 23

Ne vous laissez pas influencer par les performances à court terme d’un gestionnaire de fonds, d’un courtier, d’un analyste ou d’un conseiller, aussi impressionnantes soient-elles ; n’acceptez pas les informations économiques ou d’investissement superficielles sans justification significative.

Lire aussi : 3 Points Pour Comprendre Les Recommandations Des Analystes

Règle 24

Ne vous fiez pas uniquement au taux de cas. Tenez compte du taux de base – c’est-à-dire des probabilités antérieures de profit ou de perte.

Règle 25

Ne vous laissez pas séduire par les rendements récents des actions individuelles ou du marché lorsqu’ils s’écartent fortement des anciennes normes (le taux de base).

Les rendements à long terme des actions (le taux de base) sont beaucoup plus susceptibles de se rétablir, en partie à cause de la régression vers la moyenne.

Si les rendements sont particulièrement élevés ou faibles, ils sont probablement anormaux.

Règle 26

Ne vous attendez pas à ce que la stratégie que vous adoptez soit rapidement couronnée de succès sur les marchés boursier ; vous devez lui laisser un temps raisonnable pour qu’elle fonctionne.

Règle 27

La poussée vers un taux de rendement moyen est un principe fondamental des marchés concurrentiels.

Règle 28

Il est beaucoup plus sûr de projeter une poursuite des réactions psychologiques des investisseurs que de projeter la visibilité des entreprises elles-mêmes.

Règle 29

Les crises politiques et financières conduisent les investisseurs à vendre leurs actions. Selon David Dreman, c’est précisément la mauvaise réaction. Achetez pendant une panique, ne vendez pas.

David Dreman recommande d'acheter des actions pendant les crises
David Dreman recommande d’acheter des actions pendant les crises

Règle 30

Pendant une crise, analysez attentivement les raisons avancées qui soutiennent la baisse des cours des actions. Le plus souvent, ils se désintègrent d’eux-mêmes après l’examen approfondi.

Règle 31

Diversifiez-vous largement. Peu importe à quel point un groupe d’actions est bon marché, vous ne pouvez jamais savoir avec certitude que vous ne tomberez pas sur un canard boîteux.

Règle 32

La volatilité n’est pas un risque. Pour Dreman, vous devriez éviter les conseils d’investissement basés sur la volatilité.

Règle 33

En cas d’investissement dans les small-caps (petites entreprises), achetez des sociétés solides financièrement (normalement pas plus de 60% de dette dans la structure du capital d’une entreprise manufacturière).

Règle 34

Investissement dans les small-caps : achetez des sociétés avec des dividendes croissants et bien protégés qui offrent également un rendement supérieur à celui du marché.

Règle 35

Investissement dans les small-caps : choisissez des entreprises dont le taux de croissance du bénéfice est supérieur à la moyenne.

Règle 36

Investissement dans les small-caps : diversifiez-vous largement, en particulier dans le secteur des small-caps, car les actions y sont beaucoup moins liquides.

Un bon portefeuille de small-caps devrait contenir environ deux fois plus d’actions qu’un portefeuille équivalent avec de grandes capitalisations.

Règle 37

Investissement dans les small-caps : soyez patient. Les small-caps ne fonctionnent pas chaque année, mais lorsqu’elles finissent par décoller, leurs rendements sont souvent énormes.

NDLR : Pour limiter le risque, vous pouvez aussi investir dans les small-caps de façon diversifiée en achetant des holdings. Par exemple, des holdings belges.

Règle 38

Investissement dans les small-caps : n’investissez pas dans de petites entreprises avec des spreads importants, sauf si vous êtes presque certain d’avoir trouvé un grand gagnant.

Règle 39

Lorsque vous effectuez des transactions sur de petites actions illiquides, tenez compte non seulement des frais de courtage, de la TOB, mais également du spread (écart) entre les acheteurs et les vendeurs pour découvrir l’importance de votre coût total.

Règle 40

Évitez les petits fonds communs de placement. Leur cheminement se termine souvent au fond d’un ravin.

Avertissement : Cette analyse est une indication, et aucunement un conseil d’achat. Par conséquent, l’auteur ne pourra être tenu responsable en cas de pertes sur le(s) produit(s) concerné(s). Tout investissement comporte des risques de pertes. Pour plus d’infos, voyez nos mentions légales.

NE RATEZ AUCUN ARTICLE !

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite

Merci de votre inscription, consultez vos emails pour confirmer

Oups, quelque chose s'est mal passé