Les small caps – ou petites capitalisations en français – représentent une grande partie des entreprises cotées en bourse. Leur rendement historique, à long terme, est souvent bien supérieur à celui des grandes capitalisations. Voyons comment en tirer profit tout en minimisant le risque inhérent aux small caps.

Qu’est-ce qu’une small cap?

Une small cap est une société qui possède une capitalisation boursière située entre 300 millions et 2 milliards de dollars. Sous le seuil des 300 millions, une firme est plutôt considérée comme une micro cap.

Pour rappel, on peut obtenir facilement la capitalisation boursière d’une entreprise en multipliant le prix de l’action par le nombre d’actions en circulation.

Exemple : l’action Apple cote actuellement à 499$ et le nombre d’actions est de 4,276 milliards. Le calcul est donc le suivant : 499 x 4,276 = 2.133 milliards environ. C’est donc loin d’être une small cap !

Pourquoi investir dans les small caps?

Dans son excellent livre-pavé Ce qui marche à Wall Street, James O’Shaugnessy a étudié les performances des petites capitalisations – entres autres – entre 1926 et 2009 et nous indique que les small caps font nettement mieux que les grandes.

Mais il démontre aussi que la plus grosse partie du rendement des small caps est due aux micro caps dont la capitalisation boursière ne dépasse pas 25 millions de dollars. Le hic, c’est que ces micro-sociétés ne sont bien souvent pas cotées en bourse. Elles font partie de ce qu’on appelle le private equity dans le jargon.

Entre 1926 et 2009, ces micro-caps private equity ont d’ailleurs dégagé un rendement annuel moyen entre 17,6% et 18,2%.

Un excellent rendement… et vous vous demandez encore pourquoi les holdings qui investissent une grosse partie de leur portefeuille en private equity battaient très souvent leur indice de référence?

Les holdings sont donc une excellente solution pour ceux qui cherchent à investir dans le non-coté (private equity). Jetez un oeil à l’article ci-dessous à ce sujet :

Lire aussi : Les Holdings Belges, De Puissants Outils Pour Diversifier Un Portefeuille?

Les small caps, pour porter leurs fruits, sont un investissement de longue haleine
Les small caps, pour porter leurs fruits, sont un investissement de longue haleine

Par contre, les micro-caps investissables, avec des capitalisations boursières de 50 à 250 millions de dollars déflatés, entre 1964 et 2009, ont dégagé un rendement annuel moyen de 12,70%.

La catégorie qui nous intéresse, à savoir les small caps, ou petites entreprises avec des capitalisations boursières au dessus de 200 millions de dollars, a quant à elle rapporté 10,82% par an entre 1927 et 2009.

En comparaison, le MSCI World (indice monde) contenant un mix de toutes les capitalisations boursières gagnait 10,46% par an sur la même période, et les grandes capitalisations “seulement” 9,69%.

Il est important de savoir que, même si les small caps font mieux que les capitalisations moyennes et grandes, leur volatilité est plus élevée. Elles restent donc un bon investissement sur le long terme, mais un peu moins pour ceux qui souffrent d’une forte aversion aux pertes.

Les small caps aiment les taux d’intérêts bas

Ce n’est un secret pour personne, la Fed est actuellement plongée dans un programme de Quantitative Easing au finish. La Réserve Fédérale Américaine a également amené ses taux d’intérêts au ras des pâquerettes, et comptent bien les garder tels quels pendant longtemps encore.

Cette situation arrange bien nos small caps, car, historiquement, elles ont superformé les grandes capitalisations chaque fois que la Fed a diminué ses taux d’intérêts.

Leur rendement moyen sur 12 mois au cours de ces périodes en général tumultueuses est même de 27,9% en moyenne, d’après les données de la banque d’affaires Jefferies, tandis que celui des large caps n’était que de 15% pendant les mêmes laps de temps.

Le risque des petites capitalisations

Nous le disions un peu plus haut, une small cap seule est bien plus risquée qu’une large cap, ou grande capitalisation. Son beta, c’est-à-dire grosso modo sa volatilité, est supérieur également.

Dans son livre, James O’Shaugnessy nous apprend que les petites capitalisations ont eu une volatilité annuelle historique de 23%.

Alors comment amoindrir ce risque pour ne pas se retrouver avec une petite société en faillite en portefeuille?

La réponse est assez simple (et vite répondue, comme dirait Jean-Pierre) : il suffit d’investir dans un ETF qui réplique un panier rempli de small caps.

Les ETFs de small caps

Il existe plusieurs ETFs de small caps, à partir de 0,20% de frais annuels. Le problème étant que soit leur émetteur n’est pas fiable, soit leur liquidité est assez mauvaise.

Les deux premiers trackers dont la liquidité est suffisante avec des frais relativement bas (0,30%) et un émetteur solide sont certainement les :

  • SPDR MSCI Europe Small Cap (IE00BKWQ0M75)
  • SPDR Russell 2000 US Small Cap (IE00BJ38QD84)

Ces deux trackers sont très bons. Si vous voulez adopter une stratégie de long terme basée soit sur l’Europe, soit sur les États-Unis, ils vous conviendront sans doute.

Mais comme souvent – et sans leur faire la moindre publicité – un des meilleurs rapport qualité/prix se trouve chez BlackRock avec le tracker :

  • iShares MSCI World Small Cap (IE00BF4RFH31)

Même s’il n’est pas le moins cher de la liste, il n’en reste pas moins assez bon marché avec 0,35% de frais annuels. Mais sa supériorité vient surtout de la solidité de son émetteur, de sa très forte liquidité, et également de sa diversification : contrairement aux deux ETFs précités, celui-ci investit dans un panier regroupant des small caps du monde entier.

Il reste toutefois axé majoritairement sur les États-Unis, avec une pondération de 57%.

À titre de comparaison avec les données historiques de James O’Shaughnessy, la volatilité de ce tracker a été de 30,5% l’année dernière.

Un ETF petites capitalisations gratuit?

Pour ceux qui sont chez le courtier DEGIRO – lisez mon avis ici – il existe 1 tracker dans la liste des 200 ETFs gratuits : il s’agit du Lyxor Small Cap (LU1598689153).

Ses frais annuels sont de 0,40%, sa liquidité est bonne, sa réplication est physique et il distribue ses dividendes deux fois par an.

C’est un bon compromis pour ceux qui veulent investir de petits montants, par exemple en acheter une pièce tous les mois, pour lisser leur prix de revient unitaire.

Lire aussi : Comment Se Lancer En Bourse Avec Une Petite Somme (100€) ?

Sondage Twitter sur les small caps

J’ai rassemblé expressément dans ce sondage les principaux reproches qui sont généralement fait aux small caps, à savoir :

  • Leur risque plus élevé
  • Leur manque de liquidité
  • Leur rendement plus faible

On constate qu’investir dans un ETF qui réplique les petites capitalisations permet d’aisément corriger tous ces écueils.

Lire aussi : TOUT Savoir Sur Les Trackers : PEA, Réplication, Liquidité, Domiciliation, Places Boursières, KID… Vraiment Tout!

Comme d’habitude, faites vos propres recherches et prenez votre temps avant d’investir.

Avertissement : Cette analyse est une indication, et aucunement un conseil d’achat. Par conséquent, l’auteur ne pourra être tenu responsable en cas de pertes sur le(s) produit(s) concerné(s). Tout investissement comporte des risques de pertes. Pour plus d’infos, voyez nos mentions légales.

NE RATEZ AUCUN ARTICLE !

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite

Merci de votre inscription, consultez vos emails pour confirmer

Oups, quelque chose s'est mal passé