Les holdings belges sont des sociétés d’investissement, parfois contrôlés par de riches familles belges. On en dénombre des milliers dans le royaume, mais seulement 11 sont cotés en bourse, tous très différents les uns des autres. Voyons les spécificités de chacun.

Les avantages des holdings belges

Avant tout, il faut savoir que les holdings belges comportent plusieurs avantages par rapport aux actions individuelles. En voici quelques-uns :

  • Ils permettent de diversifier un portefeuille en achetant une seule action. En effet, un holding possède généralement plusieurs participations en son sein (sauf les 3 mono-holdings que nous verrons ci-dessous).
  • Ils sont souvent contrôlés par de grandes familles belges : un actionnariat familial donc. Celui-ci est généralement beaucoup plus efficace lors des prises de décision qu’un actionnariat plus éparpillé, sans attaches historiques dans la société.
  • Leurs cours de bourse bénéficient souvent d’une décote par rapport à la valeur réelle de leurs investissements. La décote s’étale en moyenne de 20 à 40% sur les holdings belges. Elle peut se calculer en soustrayant la capitalisation boursière du holding de la valeur de toutes ses participations.
  • Certains sont un merveilleux moyen d’investir en private equity, qui n’est en général pas accessible aux particuliers.
  • Ils donnent accès à des investissements étrangers sans devoir payer le double précompte mobilier sur les dividendes perçus.

Attention : je présente dans cet article les holdings belges et leurs particularités, mais ne fais pas une analyse fondamentale poussée de chacun.

Lire aussi : Portefeuille De Rentier : 10 Actions à Haut Dividende

Petit tour d’horizon de tous les holdings belges…

Ackermans & van Haaren

Ackermans & van Haaren, aussi surnommé AvH, est sans doute le holding le plus “classique” de la liste, avec GBL.

Ackermans & van Haaren, un des 11 holdings belges

Celui-ci investit en effet dans des actions cotées comme les activités maritimes de CFE ou l’huile de palme Sipef, mais aussi dans le non-coté, avec les banques Van Breda et Delen, ou encore dans l’immobilier et les maisons de repos.

AvH a allègrement surperformé les indices boursiers, comme le S&P 500, depuis sa création, en 1984, jusqu’à 2019, avec une moyenne impressionnante de 13,4% par an.

Si vous vous dites que ce rendement n’est pas si élevé, dites-vous bien qu’elle a quand-même réussi la prouesse de faire mieux que le holding de Warren Buffett, Berkshire Hathaway, avec 605% pour Ackermans & van Haaren, contre 525% pour l’Oracle d’Omaha.

La décote actuelle d’Ackermans & van Haaren est de 26%.

Brederode

Brederode est le holding qui investit le plus dans le private equity. La société possède un portefeuille très diversifié dans ce domaine, ainsi que dans des actions cotées sur les marchés boursiers.

Au total, la compagnie possède 1,5 milliard d’euros de participations, dont la moitié en private equity.

Répartition du portefeuille de Brederode, un des holdings belges les plus diversifié

Elle possède des parts technologiques dans Samsung, Mastercard ou Intel.

Elle est aussi active dans certains soins de santé, comme Novartis, Sanofi ou Fresenius, ainsi que dans les biens de consommation comme Nestlé et Unilever, ou dans l’énergie avec Shell, Total ou Eni

Brederode a aussi des actions propres et des actions d’un autre holding belge : Sofina.

L’avantage de holding est son portefeuille très diversifié, à la fois au niveau géographique et au niveau sectoriel.

C’est un holding que je trouve très intéressant, à la fois pour la diversification et la solidité de ses participations cotées, et pour son côté private equity très développé.

Compagnie du Bois Sauvage

Compagnie du Bois Sauvage est un tout petit holding familial coté sur la bourse de Bruxelles.

Comme certains autres holdings belges, elle investit à la fois dans le coté et le non-coté.

C’est ainsi que vous pouvez, par exemple, investir dans les chocolats Neuhaus, Artista, Corné Port Royal ou Jeff de Bruges.

Bois Sauvage investit aussi dans des entreprises très variées, comme :

  • Galactic, qui produit de l’acide lactique pour l’industrie alimentaire ;
  • B&F PLA, qui produit des bobines de PLA pour recharger son imprimante 3D ;
  • Ÿnsect, société française qui produit des protéines d’insectes pour nourrir les animaux de compagnie.

Elle possède aussi des parts plus classiques, par exemple dans la banque Berenberg, ainsi que quelques investissements cotés comme Umicore ou Recticel.

D’Ieteren

D’Ieteren est un holding qui est parfois confondu avec un distributeur automobile.

Il est effectivement distributeur officiel de Volkswagen en Belgique, mais possède aussi deux autres participations :

  • 52,48% de Belron
  • 100% de Moleskine.

On passera rapidement sur cette dernière société, qui est une marque d’agendas/cahiers que d’Ieteren a acheté 500 millions d’euros et qui ne rapporte pas énormément pour le moment.

Belron, par contre, est la maison-mère de CarGlass. CarGlass engrange de fortes marges sur ses réparations de pare-brises, et possède une folle croissance de ses bénéfices, avec plus de 20% attendus par an.

C’est principalement son développement aux Etats-Unis et les nouveaux type de pare-brises, équipés de capteurs électronique, qui équiperont dorénavant toutes les voitures de série, qui seront les principaux moteurs de cash-flow.

Last but not least : D’Ieteren possède 1,521 milliard d’euros en cash.

Elle est d’ailleurs à la recherche d’une “acquisition” pour utiliser intelligemment cet argent, et, même si celle-ci ne sera peut-être pas aussi “éléphantesque” que celle recherchée par le holding Berkshire Hathaway, on espère qu’elle sera tout de même fructueuse.

La société rachète d’ailleurs régulièrement ses actions propres, et a continué son programme en mars et en avril de cette année 2020.

Financière de Tubize

Financière de Tubize est le mono-holding d’UCB. Un mono-holding signifie que la société-mère, UCB donc, a créé un holding pour détenir une grosse quantité d’actions propres et ainsi garder le contrôle décisionnel sur la société.

Logo UCB

Pour rappel et pour ceux qui ne connaissent pas UCB, il s’agit d’une société pharmaceutique belge qui possède plusieurs médicaments “blockbusters”, comme le Cimzia ou le Vimpat.

Elle est aussi à l’origine de l’antihistaminique bien connu des allergiques ; le Zyrtec.

Financière de Tubize, grâce à sa décote, est un moyen moins coûteux d’investir dans UCB que ses actions-propres.

GBL

GBL est peut-être le holding le plus connu en Belgique, puisqu’il était contrôlé par les milliardaires Albert Frère (jusqu’à sa mort en 2018) et Paul Demarais.

Le portefeuille de GBL est séparé en deux parties : ses investissements cotés en bourse, et sa plateforme d’investissement alternative, Sienna Capital, qui regroupe toutes ses participations non-cotées sur les marchés.

Le portefeuille “coté” de GBL est constitué des actions suivantes : adidas, GEA Group, Imerys, LafargeHolcim, Ontex, Parques Reunidos, Pernod Ricard, SGS, Total, Umicore et Webhelp.

C’est un bon portefeuille, mais, pour certaines raisons, 100% basé en Europe, ce qui en fait un holding un peu moins diversifié géographiquement.

Cet inconvénient est atténué par le fait qu’une grosse partie de ses sociétés sont des multinationales qui exportent leurs produits dans le monde entier.

Gimv

Gimv est un holding qui possède uniquement des sociétés non-cotées en bourse.

Son portefeuille contient une cinquantaine de sociétés, pour environ 1,1 milliard d’euros, ce qui en fait un holding “assez petit”.

Ces cinquante participations font l’objet d’un rééquilibrage assez fréquent, généralement après plusieurs années, et de nouveaux ajouts apparaissent.

Je vous laisse découvrir par vous-même les participations de Gimv, car il y en a trop pour les lister ici.

KBC Ancora

KBC Ancora est le mono-holding de la banque KBC. Elle propose normalement un très bon dividende, autour de 6%, mais n’en distribuera pas cette année suite à la crise du Covid19.

KBC Ancora détient un peu plus de 77 millions d’actions KBC, soit 18,6% du capital.

Le holding est généralement un bon moyen d’investir dans la banque KBC car le dividende de KBC Ancora est généralement un peu plus élevé, à cause de sa décote historique.

Quest for Growth

Quest for Growth est un holding particulier dans le sens où il investit majoritairement dans des petites entreprises non-cotées (70% minimum de son portefeuille). A côté de cela, elle possède aussi 25% minimum en entreprises cotées en bourse.

Comme il s’agit d’une Pricaf, elle a en plus l’obligation de distribuer au minimum 80% de son bénéfice net sous forme de dividendes. Le holding a même été plus loin sur ce point, puisqu’il a fait acter le chiffre de 90% dans ses statuts.

Quest for Growth, selon les conditions de marché et la bonne santé de ses participations, distribue donc parfois un dividende titanesque pouvant s’approcher des 20%, et parfois rien du tout.

Ses participations cotées sont assez variées mais sont constituées essentiellement de small caps et mid caps, comme Jensen Group et ses lessiveuses industrielles, Umicore, Melexis et ses semi-conducteurs, etc.

Ses investissements non-cotés sont principalement des entreprises dans les secteurs de l’informatique, de la Health-Tech et de la CleanTech.

Sofina

Sofina est le holding de la famille Boël. Comme Brederode, elle a une approche d’investissement hybride, répartie entre sociétés cotées et des fonds de private equity.

Elle investit dans quatre secteurs-cibles :

  • les biens et les services de consommation
  • la transformation digitale
  • les soins de santé
  • l’éducation
Sofina, l'un des holdings belges les plus diversifiés
Quelques investissements de Sofina

Sofina détient aussi des titres plus classiques comme Danone, Colruyt ou Orpea.

Solvac

Solvac est le mono-holding de Solvay. Cette action est disponible uniquement “au nominatif”, c’est-à-dire qu’elle est enregistrée dans le registre des actionnaires chez Solvay.

Sa négociation est donc beaucoup plus lourde. La plupart des courtiers ne la proposent donc pas sur leur plateforme.

Après une recherche chez mes trois courtiers, Degiro, BinckBank et Bolero, seul ce dernier la proposait.

Lire aussi : Courtier Degiro : Mon Avis Après 2 Ans d’Utilisation

Sondage Twitter

J’avais fait un petit sondage Twitter sur les holdings belges. Le réseau social ne permet malheureusement de lister uniquement 4 choix. J’avais donc listé Ackermans & Van Haaren, Brederode, D’Ieteren et Sofina.

Je n’ai récolté que 37 réponses, ce qui n’est pas énorme et prouve sans doute que les holdings ne sont pas encore très connus. AvH est la favorite des répondants, tandis que Brederode ne récolte que 2,7%.

Ce manque d’affectation est assez intéressant, étant donné qu’elle est l’une de mes préférées.

Conclusion

On le voit, les holdings belges sont très différents les uns des autres. Il y a de l’investissement coté, non-coté, du private equity, des mix, et des mono-holdings de contrôle.

Choisissez en fonction de vos priorités. Si vous désirez investir dans le private equity, Brederode et Sofina seront de bons choix.

Si vous préférez des actions à bons dividendes, les mono-holdings Solvac et KBC Ancora sont très solides.

Par contre, pour une stratégie hybride entre dividendes et gestion d’un portefeuille contenant des actions de croissance, vous pourrez vous tourner vers Ackermans & van Haaren, D’Ieteren ou GBL.

Suivez-moi sur Twitter pour d’autres analyses : TransactionB

Avertissement : Cette analyse est une indication, et aucunement un conseil d’achat. Par conséquent, l’auteur ne pourra être tenu responsable en cas de pertes sur le(s) produit(s) concerné(s). Tout investissement comporte des risques de pertes. Pour plus d’infos, voyez nos mentions légales.

NE RATEZ AUCUN ARTICLE !

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite

Merci de votre inscription, consultez vos emails pour confirmer

Oups, quelque chose s'est mal passé