Les investisseurs à long terme apprécient en général les actions à dividendes pour portefeuille de rentier. En plus, de sérieuses études démontrent qu’ils ont tendance à surperformer les indices boursiers. Alors pourquoi se priver?

C’est pourquoi j’ai choisi de vous présenter un exemple de portefeuille à dividendes. Il est optimisé pour l’investisseur belge, en vue de payer le moins de taxes possible. J’ai donc éliminé les actions étrangères, puisque leur dividende est soumis au double précompte. J’ai donc opté pour un duo hybride :

  • Des actions belges
  • Des actions britanniques

Pas d’imposition sur les dividendes britanniques

La Grande-Bretagne n’impose pas ses dividendes. On paie donc uniquement le précompte belge pour la détention d’actions britanniques, soit 30% tout rond.

Attention, vous devrez quand même payer un “Stamp Duty” pour les achats opérés sur la bourse de Londres. C’est une taxe de 0,50% à l’achat, quel que soit le prix de votre ordre. La bonne nouvelle, c’est qu’elle n’est plus appliquée lors de la revente des titres.

Mais qu’à cela ne tienne ; le portefeuille de rentier à dividendes étant un investissement de long terme qui a pour objectif de percevoir un maximum de dividendes avec un minimum de taxes, le Stamp Duty n’est pas significatif par rapport au rendement total du portefeuille.

Rentière sur une plage grâce à son portefeuille de rentier

Le rendement du portefeuille de rentier

L’année passée, ce portefeuille, que vous découvrirez ci-dessous, possédait un rendement moyen de 5,54% brut. Sur 100.000€ investit, on vous aurait donc versé 5540€, soit 461€ par mois.

Comme ces montants sont bruts, il faut encore retirer 30% de précompte mobilier, ce qui nous amène à une somme réelle de 3878€, soit 323€ dans votre poche à la fin du mois.

Attention, les dividendes belges sont en général versés 1 ou 2 fois par an. Jamais par mois. Les dividendes britanniques le sont plutôt chaque trimestre.

Cela dit, depuis octobre 2019, une nouvelle loi permet aux entreprises cotées belges de verser aussi un dividende trimestriel. Euronav a déjà annoncé qu’elle comptait franchir le cap.

Dans tous les cas, vous pourrez facilement trouver cette information sur les sites web de chacune de ces entreprises, à la rubrique “investors relations”.


Composition du portefeuille de rentier

SociétéRendement de dividendePay out ratio
Ageas5,20%52%
BP5,80%72%
Bpost15%99%
British American Tobacco7%52%
GlaxoSmithKline5%66%
Jensen-Group2,90%41%
KBC5,70%57%
Kinepolis1,90%53%
Solvay3,90%45%
Unilever3%43%

J’ai évidemment tenu compte des critères de diversification pour constituer ce portefeuille. De plus, je pense qu’il est plus prudent de ne pas dépasser des pay out ratios de plus de 60 à 70% pour que le dividende soit soutenable dans le temps. Concernant ce point justement, j’ai également choisi des sociétés qui ont un long passé de hausse de leurs dividendes.

Comment composer un bon portefeuille de rentier?Bpost est sans doute l’exception de cette liste : avec un pay-out ratio de 99%, la société a payé un dividende de 15%. Si elle diminue le pay-out ratio de moitié et à bénéfice constant, le rendement sera tout de même un très joli 7,5%.

N’oublions pas que Bpost est une machine à cash-flow libre et que, malgré la baisse du courrier traditionnel, se renforce sur d’autres points, comme les colis, en forte croissance. On pourrait donc l’intégrer à un portefeuille à dividendes.

Comment construire un solide portefeuille à dividendes?

Les entreprises à bons dividendes que j’ai laissé de côté

Sipef, Lotus Bakeries, Spadel, Barco, Umicore, Resilux, ou les holdings belges n’offrent pas un rendement assez élevé, généralement entre 1 et 2%.

Concernant Sipef, l’entreprise distribue automatiquement 30% de son bénéfice net sous forme de dividende. Il faudra donc attendre une remontée du prix de l’huile de palme pour que le rendement redevienne intéressant.

Certaines entreprises comme Proximus (rendement de 6%), Glencore (5,5%), Melexis (3,8%) ou encore AB Inbev (2,5%) offrent un bon rendement mais un pay-out ratio un peu trop élevé, entre 75 et 100% de leur bénéfice.

Mes 5 Actions Favorites Pour 2019/2020

Et les SIR alors?

Les sociétés immobilières réglementées (les SIR), offrent un bon rendement mais ne pourront le conserver que dans un environnement de taux faibles. Par contre, comme elles ont l’obligation légale de distribuer au moins 80% de leur bénéfice sous forme de dividendes, ne tenez pas compte de leur pay-out ratio.

Conclusion

Cette liste est constituée uniquement d’idées, pas de conseils d’achats. En outre, l’économie devenant houleuse, le moment n’est peut-être pas le plus opportun pour se constituer un portefeuille de rentier.

De plus, les dividendes britanniques pourraient être sur la sellette à cause du Brexit. Le mieux est peut-être d’attendre l’issue de ce dernier, ainsi qu’une correction généralisée des marchés pour commencer à investir.

Attention : Ces analyses sont des indications, et aucunement des conseils d’achats. Par conséquent, l’auteur ne pourra être tenu responsable en cas de pertes sur le(s) produit(s) concerné(s). Pour plus d’infos, voyez nos mentions légales.

TransactionBourse offre gratuitement des articles premium. Si vous voulez soutenir ses rédacteurs bénévoles, vous pouvez leur offrir un café via un don Paypal :

Ne ratez aucun article !

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite

Merci de votre inscription, consultez vos emails pour confirmer

Oups, quelque chose s'est mal passé

Pour nous soutenir, partagez aussi nos articles sur vos réseaux :