Nous allons découvrir le ratio de Peter Lynch, investisseur légendaire, au même titre que Warren Buffett ou George Soros. Si vous ne connaissez pas Lynch, sachez qu’il a piloté le fameux fonds Fidelity Magellan pendant des années, avec un énorme succès, avant de prendre sa retraite à 46 ans.

Comment tous les investisseurs, Peter Lynch utilise des ratios pour savoir si une action est chère ou bon marché. Parmi ceux-ci, il a surtout popularisé le PER et le PEG.

D’abord, trouver le PER

Mais à quoi correspond exactement ce fameux ratio de Peter Lynch, le PEG? Pour l’obtenir, il faut d’abord trouver le PER (Price/Earnings Ratio).

Nous avions déjà évoqué le PER de long en large dans cet article et dans celui-ci. Pour l’obtenir, il suffit de diviser le cours actuel de l’action par le bénéfice net par action (BNA) des douze derniers mois.

Par exemple, le BNA d’Apple était de 11,89$ en 2019. Le prix de l’action était de 293,65$ le 31 décembre 2019. On divisait donc 293,65 par 11,89 pour obtenir 24,7, qui était le PER d’Apple à cette date.

Le ratio de Peter Lynch, ou PEG, est le PER divisé par le taux de croissance.

Ensuite, il faut trouver le PEG

Maintenant qu’on a le PER, pour valoriser une entreprise de croissance, il faut connaître son PEG, pour Price/Earnings-to-Growth.

Pour obtenir le PEG, on part du PER et on le divise par le taux de croissance des bénéfices. Pour simplifier les choses, poursuivons avec l’exemple d’Apple, dont le taux de croissance à long terme est de 12.9%.

Pour suivre la formule, on doit donc diviser 24,7 (le PER) par 12,9 (le taux de croissance).

Cela nous donnerait un PEG de 1,9.

PEG = PER/taux de croissance des bénéfices de l’entreprise

Nota Bene : les chiffres comme le bénéfice par action ou le taux de croissance des bénéfices peuvent se trouver facilement dans le rapport annuel de la société. Le rapport annuel peut se trouver dans la rubrique “investor relations” du site officiel de ladite société.

Et ce PEG me sert à quoi, concrètement?

C’est très simple. Peter Lynch achète les entreprises dont le PER est égal ou inférieur au taux de croissance.

Autrement dit, pour Peter Lynch, le ratio PEG d’une entreprise en croissance devrait être de 1 au maximum. Il n’achète pas les actions dont le PEG est supérieur à 1.

  • Si le PEG est inférieur à 1 : l’action est sous-évaluée
  • Si le PEG supérieur à 1 : l’action est surévaluée

Plus le PEG est bas, plus l’action est considérée comme bon marché par rapport à son taux de croissance.

I want to buy a growth company at a P/E multiple that is equal to its growth rate.

Peter Lynch

Au cours de sa carrière, le CEO de Fidelity a toujours privilégié des actions sous-évaluées en se focalisant sur plusieurs ratios, dont le fameux PEG.

En achetant des sociétés dont le PEG était inférieur à 1 et en le combinant avec d’autres facteurs fondamentaux ou macro-économiques, Peter Lynch est ainsi parvenu à dégager pour ses clients des performances exceptionnelles, battant régulièrement le rendement du marché.

Exemple avec Coca-Cola

Dans son livre, “Et si vous en saviez assez pour gagner en bourse“, Peter Lynch cite l’action Coca-Cola à titre d’exemple :

“Si le PER de Coca-Cola est 15, vous vous attendez à ce que la société ait une croissance annuelle de 15%. Mais si le PER est inférieur au taux de croissance, vous avez peut-être déniché une bonne affaire. Une société avec, disons une croissance de 12% et un PER de 6 est une opportunité très engageante. En revanche, une société avec une croissance annuelle de 6% et un PER de 12 est une perspective sans intérêt qui risque fort d’anticiper une chute. En général, un PER qui atteint la moitié du taux de croissance est très positif, l’inverse est très négatif.”

Les limites du ratio de Peter Lynch

Comme certains autres ratios, le ratio de Peter Lynch a ses limites si on l’utilise seul.

Il a la fâcheuse tendance à sous-estimer les entreprises à croissance lente et à surestimer les entreprises à croissance rapide.

Il suppose aussi que la société se développera aussi vite dans le futur que par le passé, ce qui n’est généralement pas le cas.

Dans tous les cas, le PEG est un excellent indicateur, mais n’oubliez pas de l’utiliser en combinaison avec d’autres données fondamentales comme l’EV/EBITDA ou le ratio capitaux propres/dettes à long terme par exemple.

Suivez-moi sur Twitter pour d’autres analyses : TransactionB

NE RATEZ AUCUN ARTICLE !

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite

Merci de votre inscription, consultez vos emails pour confirmer

Oups, quelque chose s'est mal passé