En résumé :

  • Sandstorm Gold est un streamer d’or canadien (redevances aurifères) ;
  • La société a annoncé un résultat record au 3ème trimestre 2019 ;
  • C’est un investissement qui possède un fort levier sur le prix de l’or, donc intéressant sur le long terme.

Sandstorm Gold est une société de streaming/royalties d’or qui a été créée en 2008 par 2 anciens membres de Wheaton Precious Metals. Après onze années d’existence, la compagnie possède un portfolio impressionnant de plus de 200 sources de royalties. Si vous ne connaissez pas le streaming d’or, voyez mon article complet sur le sujet.

Portefeuille de Royalties de Sandstorm Gold

Il existe plusieurs grosses sociétés de streaming d’or. Les plus connues sont Franco-Nevada, Royal Gold, Wheaton Precious Metals, et, dans une moindre mesure, Osisko Gold et Sandstorm Gold. Ces deux dernières se paient actuellement moins cher que les trois précitées.

En effet, le ratio EV/EBITDA de Sandstorm Gold n’est que de 16, contre 23 à 33 pour ses concurrentes. Le potentiel de hausse de Sandstorm est donc plus élevé.

Logo Sandstorm Gold

Je l’avais déjà souligné dans mon article sur les streamers d’or : entre les minières, les trackers, l’or physique et les sociétés de royalties, ces dernières constituent sans doute le meilleur moyen d’investir dans l’or. J’entends par meilleur moyen que le streaming d’or regroupe les qualités que nous verrons juste après cette table des matières :

Le streaming contre les autres moyens d’investir dans l’or

  • La liquidité ; il est plus facile à acheter et à vendre que l’or physique ;
  • Il n’est pas aussi risqué que les minières ;
  • Son rendement est supérieur aux minières, aux ETF’s et à l’or physique ;
  • Il est plus facile à gérer et à stocker que l’or physique ;
  • Il ne possède pas de frais annuels, comme les ETF’s ;
  • Ses sources de revenus sont très diversifiées et très stables.

Sandstorm Gold : résultats records au Q3

Comme je l’ai souligné dans le résumé, la société aurifère a annoncé des résultats en béton au troisième trimestre 2019. Tout d’abord, elle a vendu 17.289 onces d’or, contre 14.314 au Q3 de l’année 2018.

Il faut préciser aussi qu’avec la flambée du prix de l’or, les marges de Sandstorm sur le prix de vente de l’or ont explosé : la marge par once d’or vendue est passée de 960$ l’année passée à 1.203$ actuellement.

Ensuite, son chiffre d’affaire est passé de 17,3 millions de $ à 25,8 millions, pour un bénéfice net de 6,2 millions, contre 1,9 millions au même trimestre en 2018.

En outre, elle a continué son programme de rachats d’actions propres pendant ces trois mois, avec 2,4 millions de titres rachetés puis annulés.

Pour l’année 2019, l’entreprise prévoit un cash-flow de 66 millions de dollars, et projette de le doubler d’ici 2023, avec 140 millions. Ces importantes rentrées d’argent doivent provenir en partie de sa participation dans la future gigantesque mine d’or Hot Maden, en Turquie.

Cash-flow prévisionnel de Sandstorm Gold pour un cours de l'or à 1500$ l'once.
Cash-flow prévisionnel de Sandstorm Gold pour un cours de l’or à 1500$ l’once.

Le projet Hot Maden en Turquie

La future mine d’or de Hot Maden est attendue comme l’une des mines les plus rentables au monde. Elle possède dans son sous-sol 2,6 millions d’once d’or à une densité extrêmement élevée de 11,9 grammes par tonne.

En plus de l’or, on y a découvert également au moins 129.000 tonnes de cuivre. Le prix de ce métal étant appelé à augmenter à cause de l’offre mondiale qui se contracte et de la demande pour l’industrie “verte”, il s’agit d’un bonus très intéressant.

L’étude de faisabilité publiée en 2018 évoque une durée de vie de 11 ans. Le coût initial est de 272 millions de $, mais après, c’est le jackpot assuré puisque l’étude prévoit un coût d’à peine 374$ l’once pour Sandstorm Gold.

Le projet de Sandstorm Gold en Turquie : la mine de Hot Maden

Rappelons que Sandstorm Gold ne sera pas le mineur à Hot Maden mais le streamer. Cela signifie qu’elle n’interviendra pas physiquement sur place mais recevra des royalties de l’or déterré en échange du financement d’une partie de la mine.

Comme le montre le graphique ci-dessus, Hot Maden devrait doubler le cash-flow de Sandstorm Gold d’ici 2023. C’est donc un projet très important pour le groupe. S’il devait ne pas se faire pour une raison X ou Y, cela porterait un coup important au potentiel de hausse de l’action à moyen terme.

Sandstorm Gold se finance sur fonds propres

On l’a vu récemment avec l’émission pour 50 millions de dollars de titres de McEwen Mining pour financer son développement, les sociétés aurifères, et minières en particulier, ont régulièrement besoin d’argent frais.

L’émission de nouvelles actions n’est jamais bonne pour l’actionnaire. Elle occasionne une dilution du bénéfice net par action, et donc une baisse de celle-ci.

La bonne nouvelle c’est que premièrement Sandstorm n’est pas une minière et que, deuxièmement, elle a stoppé l’émission de nouvelles actions en 2018, dès qu’elle a atteint son seuil de rentabilité.

C’est même le contraire ; l’entreprise a les moyens maintenant de racheter ses propres titres afin d’augmenter le bénéfice par action. En octobre 2019, elle en avait déjà racheté presque 11 millions, pour un total de 18,3 millions d’actions prévu dans son programme.

Cerise sur le gâteau : comme son concurrent streamer Franco-Nevada, Sandstorm Gold n’a pas de dettes.

Conclusion

Sandstorm Gold est donc un investissement de long terme qui possède un fort levier sur le prix de l’or.

Elle possède des participations de royalties dans plus de 200 mines d’or tout en étant moins risquée que ces dernières car un streamer d’or n’est finalement constitué que de bureaux et d’un très faible nombre de collaborateurs.

Avertissement : Cette analyse est une indication, et aucunement un conseil d’achat. Par conséquent, l’auteur ne pourra être tenu responsable en cas de pertes sur le(s) produit(s) concerné(s). Tout investissement comporte des risques de pertes. Pour plus d’infos, voyez nos mentions légales.

Ne ratez aucun article !

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite

Merci de votre inscription, consultez vos emails pour confirmer

Oups, quelque chose s'est mal passé

Pour nous soutenir, partagez aussi nos articles sur vos réseaux :