Le Stop Loss, Ce Non-Sens Poussé Par La “Sagesse Populaire” Et Les Courtiers

Devez-vous protéger vos positions avec un stop loss? En toute légitimité, vous vous êtes peut-être déjà posé cette question au cours de votre vie d’investisseur. Au travers de cet article, je tenterai de régler cette question une bonne fois pour toutes, et sans langue de bois.

Un stop loss c’est quoi?

Pour rappel, un stop loss est un ordre de vente “au marché“, c’est-à-dire au premier prix disponible par la contrepartie acheteuse dans le carnet d’ordres. Cela signifie donc que votre ordre stop loss peut ne pas être exécuté au prix que vous avez fixé mais à un cours inférieur s’il n’y a aucun acheteur à votre prix.

Je déconseille d’ailleurs formellement les ordres au marché, que ce soit dans un cadre d’achat ou de vente de titres. L’avantage du stop loss, par rapport au stop limit, est que son exécution est garantie, mais à un prix inconnu.

Le stop limit

En revanche, le stop limit vous garantit d’exécuter votre ordre de vente au prix que vous avez choisi. Par contre, son exécution, elle, n’est pas garantie.

En effet, s’il n’y a aucune contrepartie acheteuse dans le carnet d’ordres – ce qui arrive fréquemment en cas de forte volatilité (correction, krach) ou sur des titres peu liquides – votre ordre stop limit ne sera jamais exécuté. Même si le cours descend plus bas que le prix de votre ordre…

Retenez qu’en bourse, il faut toujours une contrepartie : c’est-à-dire un acheteur qui est prêt à vous acheter les titres au prix auquel vous les vendez.

Stop loss vs stop limit

Ces deux ordres de vente, au marché et à cours limité, ont tous deux pour objectif de vendre une ligne d’actions (ou une partie) de manière “automatique” si son prix baisse jusqu’à un certain seuil.

Au premier coup d’oeil, ils paraissent attirants pour le néophyte, mais une stratégie de protection de ses positions via des stops n’est pas exempte d’inconvénients, et nous allons voir pourquoi ci-dessous.

Je passerai sur le fait que les ordres risquent de ne pas être exécutés au prix voulu mais bien plus bas (dans le cas du stop loss), ou ne pas être exécutés du tout (dans le cas du stop limit) comme nous venons de le voir, même si cela constitue déjà un premier écueil envers cette méthode.

Lire aussi : Analyse Technique : Pourquoi Les Figures Chartistes Ne Sont Que Le Fruit De Votre Imagination

Marché boursier = volatilité

La volatilité est inhérente au marché boursier. Celui qui possède une telle aversion à la perte qu’il ressent le besoin de couper la moindre moins-value latente avec un stop (il perd donc de l’argent en le faisant) n’a sans doute pas un tempérament adapté à la bourse et devrait peut-être se tourner vers un compte épargne ou des produits plus stables comme des obligations d’états.

J’en profite pour rappeler qu’une moins-value due à la volatilité ne constitue pas une perte. En bourse, une véritable perte étant la perte définitive de capital, par exemple si la société dont vous possédez les actions fait faillite.

Stop déclenché = concrétisation d’une perte permanente de capital

La bourse possède ainsi une telle volatilité que, statistiquement, un ordre stop à -10% de votre prix d’achat sera exécuté plusieurs fois sur l’année, y compris sur les titres à beta faible. Vous êtes donc absolument certain qu’il sera touché plusieurs fois. Grâce à votre suractivité, vous allez donc enrichir votre courtier et diminuer davantage vos chances d’obtenir un rendement correct sur vos investissements.

Oui, ça fait un peu mal de se l’avouer, mais au moment où votre stop loss s’exécute, vous transférez purement et simplement une partie de votre argent à une autre personne sur le marché, peut-être plus avisée que vous…

Long terme > court terme

Il a été démontré que plus le temps passe, plus le risque de subir une perte sur son investissement s’amenuise. Le long terme est supérieur à n’importe quelle autre stratégie car dans le domaine de l’investissement on peut avoir une forte conviction qu’une société va atteindre un certain prix, mais on ne sait jamais quand elle le fera.

Pour vous en convaincre, voici les probabilités de perte sur le S&P 500 pendant plusieurs périodes de temps : 1 jour, 1 an, 5 ans et 10 ans. On constate que sur 10 ans, l’investisseur n’a que 10% de chances d’avoir perdu de l’argent, contre 31% sur 1 an, et encore pire : 46% sur un jour.

Probabilité de pertes sur le S&P 500 au bout d'un jour ou de plusieurs années. Le stop loss concrétise toujours une perte définitive.

Lire aussi : Devenir Trader Indépendant? Oubliez Cette Idée. Et Voici Les 5 Raisons

Quelques multi-baggers

Et puis… vous pensez vraiment que Buffett aurait vu le prix de ses actions Berkshire Hathaway multiplié par 57.838 s’il s’était amusé à essayer de timer le marché en les stoppant plusieurs fois par an?

  • Berkshire Hathaway est passée de 7,56 $ à 437.259 $ actuellement.
  • Microsoft est passée de 0,8 $ à 249 $ actuellement.
  • Google, est passée de 85 $ en 2004 contre 2.279 $ actuellement.

Si vous possédiez des actions de l’un de ces groupes, ou de l’un des milliers d’autres multi-baggers qui existent, et que vous les avez vendues trop tôt à cause d’un stop déclenché par un soubresaut du marché, vous devez le regretter amèrement. Ce ne sont que quelques exemples de la puissance des intérêts composés sur le long terme.

Vous vendez votre maison quand elle perd 5%?

On a tendance à l’oublier, mais une action constitue également un titre de co-propriété réel d’une entreprise. La question est donc la suivante : est-ce que vous mettez en vente votre habitation si vous vous apercevez qu’elle a perdu 5 ou 10% de sa valeur ?

Le stop loss n'est pas conseillé pour investir à long terme
Stop aux stop loss

Vous trouvez la comparaison ridicule et osée? Réfléchissez à deux fois… La seule différence est que la vente de votre maison est plus difficile car moins liquide.

C’est cette forte liquidité, avec une cotation en live chaque jour de la semaine, qui induit l’investisseur à surréagir et donc à prendre de mauvaises décisions.

Il existe en effet une corrélation bien réelle entre le nombre de fois où l’investisseur consulte son compte-titres et la médiocrité de ses performances. La solution est simplement de ne plus le consulter.

Le stop loss est l’ami des courtiers

Un stop loss, au final, est un ordre créé par les courtiers pour donner une impression de sécurité aux investisseurs-gamble, qui n’ont aucune idée de ce qu’ils achètent. Ils ne savent pas si leur investissement est bon ou mauvais : ils passent un ordre “casino” et le protègent avec un ordre stop loss ou stop limit.

L’investisseur intelligent, par contre, sait qu’il est impossible d’acheter au point le plus bas, et que son investissement subira donc les aléas de la bourse, que ce soit à la hausse ou à la baisse, pendant un certain temps.

Les algos font sauter les stops

N’oubliez pas aussi que les algorithmes de trading à haute fréquence (THF) peuvent aussi très facilement détecter les stop loss et ainsi faire évoluer le cours du titre vers eux en vue de les faire sauter.

Une fois l’escroquerie accomplie, l’action repart à la hausse et l’investisseur particulier, dindon de la farce, pense qu’il a été victime de la malchance. Zut, mon stop a été touché et le cours est remonté juste après, se dira-t-il. Ou encore : J’avais pourtant mis mon ordre sous un support. Il a été enfoncé, déclenchant mon stop loss, mais juste après, le prix est remonté. Je n’ai pas de chance.

La chance n’a rien à voir avec cela. N’oubliez pas qu’un support n’est qu’un pari sur le fait qu’un grand nombre d’ordres historiques non-exécutés traînent encore sur un certain niveau de prix. Et les algorithmes le savent parfaitement…

Lire aussi : Flow Traders, Un Spécialiste Du THF Pour Miser Sur La Volatilité Des Marchés

Alors comment je me protège?

Protéger vos positions ne doit pas se faire après votre achat, mais avant, avec ce qu’on appelle une marge de sécurité. C’est en effet quand vous procédez à l’analyse de la société que vous devez définir ce que vous considérez être sa valeur intrinsèque. C’est-à-dire sa valeur réelle, indépendamment de son prix sur le marché.

Quand vous aurez trouvé sa valeur intrinsèque, vous pourrez y appliquer une marge de sécurité, c’est-à-dire l’acheter à un prix inférieur à sa valeur intrinsèque. La plupart des grands investisseurs appliquent une marge de sécurité qui va de 20 à 50%.

Si par exemple vous estimez qu’Apple vaut 100$ (valeur intrinsèque) plutôt que 126$ (prix de marché) et que vous appliquez une marge de sécurité de 20%, vous l’achèterez à 80$ mais pas plus haut. Si par contre vous appliquez une marge de sécurité agressive de 50%, vous l’achèterez à 50$.

Vous pensez qu’il est impossible d’obtenir de tels niveaux de prix? Gardez à l’esprit que la bourse est une affaire de patience et que les marchés sont extrêmement volatiles en périodes de krachs ou de fortes corrections. C’est pendant ces moments-là que vous pouvez réaliser les meilleures affaires.

Conclusion

Telle la diversification à outrance, le stop loss donne à l’investisseur amateur une fausse impression de sécurité. Warren Buffett dit d’ailleurs d’une diversification exagérée qu’elle n’est qu’une protection contre l’ignorance. On pourrait en dire de même concernant les ordres stops.

Si vous analysez avec soin une entreprise, que vous faites preuve de patience et que vous appliquez une grosse marge de sécurité à votre investissement, vos rendements s’amélioreront drastiquement, sans avoir besoin d’artifices comme des stop loss.

Pour un complément d’informations sur le sujet, n’hésitez pas à visionner l’excellente vidéo de Philippe :

Rejoignez notre groupe Facebook sur la bourse & l’investissement

Le Stop Loss, Ce Non-Sens Poussé Par La "Sagesse Populaire" Et Les Courtiers 1
close

NEWSLETTER

NE MANQUEZ PLUS RIEN

Comme nos 1 551 abonnés, recevez notre newsletter.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NE MANQUEZ PLUS RIEN

Comme nos 1 551 abonnés, inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter.

Newsletter garantie sans spams. Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’infos.

← Previous post

Next post →

1 Comment

  1. PhilippeM

    Tout à fait d’accord sur le piège du stop-loss. Mais avec une nuance : ce que tu écris vaut pour l’investisseur qui place son stop juste après l’achat. Et c’est en effet une erreur dans tous les cas que tu décris. En revanche, lorsqu’on a réalisé un gain appréciable sur un titre, et qu’on doute de la poursuite de cette tendance positive, le stop est tout indiqué pour protéger ce gain À CONDITION de n’en placer qu’une partie Et d’adapter à la hausse et progressivement le niveau du stop.

    Mais globalement, je suis d’accord avec toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.