Courtier Degiro : Mon Avis Après 2 Ans d’Utilisation

Après deux ans d’utilisation d’un compte-titres chez le courtier Degiro, voici un petit test non-exhaustif et mon avis sur ce broker.

Pour rappel, Degiro est un courtier “low cost” qui a été créé en 2013 par cinq anciens cadres de Binckbank et qui a connu une très forte croissance en 2015 et surtout en 2016, avec une augmentation de plus de 70% du nombre de clients.

Le 31 mars 2019, le nombre de comptes s’élevait à + de 386.000 !

Plateforme épurée et ergonomique

Degiro est un courtier qui va droit à l’essentiel et ne s’encombre pas de fioritures. Le côté “épuré” peut étonner au premier abord. En ouvrant la plateforme, on découvre du blanc, du gris clair, et rien d’autre.

Ce côté épuré est voulu et confère justement à la plateforme une grande simplicité d’utilisation. Pas besoin de chercher des heures pour une fonctionnalité. Si vous avez l’habitude d’utiliser un courtier Internet, vous y trouverez tout ce que vous cherchez dans des délais très courts.

En haut, sur toute la largeur de l’écran, un menu noir donne accès à toutes les fonctions de la plateforme et… c’est tout! Degiro est donc facile et rapide à prendre en main.

Pour commencer, je vous conseille de chercher les valeurs que vous suivez dans la case “rechercher un produit” et de toutes les ajouter à vos favoris en cliquant sur la petite étoile. Vous aurez ainsi un aperçu général de vos actions préférées en cliquant sur “aperçu/favoris” dans le menu noir du haut.

Degiro ne foisonne pas d’infos sur les sociétés

Quand vous cliquez sur une action, pas la peine de chercher midi à quatorze heures pour trouver des recommandations, une analyse fondamentale ou une analyse technique. Il n’y en a pas. Ce qui pourrait passer pour un défaut n’en est pas vraiment un quand on sait à quoi s’en tenir.

Logo DegiroLes utilisateurs de Degiro savent qu’ils devront simplement chercher les informations sur les sociétés ailleurs que chez le broker. C’est d’ailleurs pour cette raison que les tarifs sont si concurrentiels (voir plus bas).

Malgré ce manque d’informations, on retrouve quand même quelques indispensables comme le graphique de l’action (plusieurs échelles de temps sont disponibles), le carnet d’ordres, et quelques “chiffres clés”.

Ceux-ci ne sont par contre pas assez complets si on veut procéder à une analyse fondamentale complète mais ils peuvent être pratiques si on veut se faire une idée rapidement de l’évolution des bénéfices ou du chiffre d’affaire.

Mise à jour de 2019 : dans les semaines qui suivent, Degiro a annoncé une mise à jour complète de sa plateforme de courtage. Elle sera étoffée avec des données financières, actualités et informations de marché.

On attend avec impatience la nouvelle mouture pour vous proposer un article sur les nouveautés !


Passer ses ordres rapidement

Le passage d’ordre est simple et efficace. Vous cliquez sur la flèche verte ou rouge en face de votre produit (achat ou vente), une fenêtre pop-up s’ouvre et vous permet d’introduire les détails de votre transaction : quantité, type d’ordre, etc.

Cela reste très classique mais la fenêtre a le mérite d’être claire. J’ai toutefois remarqué qu’il n’y avait pas de stop suiveur, sauf sur le marché allemand. Ce point sera amélioré très bientôt selon le service clientèle.

Juste avant la validation d’un ordre, on découvre également le coût estimé de la transaction. Vous y voyez également combien la taxe TOB vous coûtera sur cet ordre. Une fois l’ordre exécuté, on peut retrouver ses détails, dans le menu “aperçu/compte”.

Après un passage d’ordre, vous pourrez recevoir gratuitement un “avis d’opéré” par email. Il s’agit en fait d’une confirmation du passage de votre ordre. Je vous conseille de l’activer. Cette option est disponible en cliquant sur votre nom, en haut à droite, puis sur “communications/services supplémentaires/paramètres des notifications“.

Ci-dessous vous découvrirez un exemple de passage d’ordre sur l’action Ageas.

Ordre sur Ageas chez le courtier Degiro

Exemple de passage d’ordre sur Ageas chez le courtier Degiro

Les tarifs

Les tarifs sont ultra compétitifs et sont le principal argument commercial de Degiro. Passer un ordre sur la bourse de Bruxelles ou de Paris vous coûtera à peine 0,25€ + 0,04% de la somme engagée, ce qui est, il faut le reconnaître, quand même très très bon marché.

Sur les autres principales bourses européenne, il vous en coûtera 4€ + 0,04%. Il est également à noter que, sur ces autres places, des frais de connexion annuels vous seront facturés (2,50€ par an).

Sur les bourses américaines, le système est un peu différent, puisque le coût est de 0,50€ + un supplément de 0,004$ PAR ACTION achetée ou vendue. Ce n’est donc pas un pourcentage, comme sur les actions européennes.

Par rapport aux coûts qu’une banque traditionnelle facture à ses clients pour passer des ordres de bourse, c’est un fait que les tarifs de Degiro sont largement plus bas, jusqu’à 90% dans certains cas. Cela est rendu possible par la réduction maximale des coûts en interne et aussi par le fait que Degiro gagne des marges moins importantes sur les frais de transactions qu’un autre courtier ou qu’une banque.

Il faut aussi savoir que Degiro, comme la plupart des banques ou des courtiers, peut prêter vos titres pour couvrir certaines positions de ses clients. Si vous ne voulez pas que le courtier prête vos titres, vous pouvez opter pour un compte “Custody“, qui sera un peu plus cher que le compte classique avec prêts de titres.

Le prix des ordres de bourse ne changera pas, mais le traitement des dividendes vous coûtera 1,00€ + 3,00% du dividende, par exemple (voir tarifs Custody).

Les avantages et les inconvénients du courtier

Les points forts :

Plateforme très ergonomique. Il est très facile de s’y retrouver et d’y passer un ordre très rapidement ;

Tarifs des transactions défiants toute concurrence ;

Les transactions sont gratuites sur une liste de 200 trackers/ETF (frais d’achat uniquement) ;

Les cours en temps réels sont gratuits ;

Bon service clientèle, assez réactif (1h en moyenne pour obtenir une réponse par email).

Les points faibles :

Frais plus élevés sur les services annexes comme le dividende optionnel (7,50 €) ou l’inscription à une assemblée générale (100 € minimum).

En cas d’achats identiques à plusieurs prix différents, le PRU ne semble pas affiché. Ce point est maintenant rectifié : le portefeuille affiche tous les PRU.

Des frais de connexion annuels de 2,50€ sur les places boursières autres que Paris et Bruxelles ;

Pas de possibilité d’introduire un “stop suiveur” (sauf sur le marché allemand actuellement, et sera bientôt possible sur toute la plateforme d’après le service clientèle).

Il n’y a pas de digipass (google authenticator est par contre disponible) ;

Pas d’accès à certains marchés, dont la Chine (mais on peut se rattraper sur les ADR pour les bluechip Chinoises).

En résumé

Degiro est un très bon courtier pour l’investisseur qui se lance et veut éviter des frais de transactions trop importants. En outre, si le fait de devoir chercher des informations ailleurs que sur la plateforme ne vous rebute pas, n’hésitez pas à tester ce broker. Voici un avis et une démonstration de la plateforme en vidéo :

J’ouvre un compte chez Degiro

Attention : tout investissement comporte des risques de pertes.

TransactionBourse offre gratuitement des articles premium. Si vous voulez soutenir ses rédacteurs bénévoles, vous pouvez leur offrir un café via un don Paypal :

Ne ratez aucun article !

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite

Merci de votre inscription, consultez vos emails pour confirmer

Oups, quelque chose s'est mal passé

Pour nous soutenir, partagez nos articles sur vos réseaux :

← Previous post

Next post →

14 Comments

  1. Marcus Gaulthier

    Merci pour cet excellent test sur ce courtier.

  2. Gus From Wallonia

    Salut, j’avais lu dans un média que Degiro ne retenait pas directement le précompte mobilier sur les dividendes des actions mais qu’on devait les déclarer soi-même dans sa fiche d’impôts, qu’en est-il?

    • Bonjour Gus,

      Je ne sais pas si cela a été le cas par le passé, mais en tout cas, le courtier prélève bien le précompte mobilier des dividendes directement à la source, vous ne devez rien entreprendre vous-même dans votre déclaration fiscale.

      Cordialement,

      • oui mais attention…
        Si vous avez des actions belges, aucun problème…
        Mais si vous avez des actions étrangères, donc autres que belges, ils ne retirent pas le précompte belge mais seulement le précompte du pays concerné.
        Exemple: Si vous avez une action Total avec un dividende français d’un montant x brut, ils vous retiront la taxe sur dividende français mais pas le précompte belge sur ce dividende d’ action française(double imposition des dividendes).
        Celui ci est à déclarer au fisc belge sur le dividende net après qu’ils aillent enlevé la taxe française, celui-ci s’élève à 30 %…cette année…
        Voilà

        • Bonjour Roulez,

          Et merci pour votre complément d’informations.

          C’est vrai que Degiro décompte automatiquement le précompte du pays où est cotée la société. Degiro retire donc 30% sur les actions françaises, 26,375% sur les actions allemands, ou 15% sur les actions hollandaises.

          Dans le cas de dividendes sur actions étrangères donc, les 30% de précompte belge doivent être déclarés dans la déclaration fiscale. Attention de ne pas le déclarer si ce sont des actions belges, vu que Degiro prélèvera automatiquement les 30% dans ce cas-là.

          Cordialement,

          • Bonjour,

            Le précompte belge (30% en 2018) s’applique lors d’une distribution de dividendes et il faut donc les mentionner dans la déclaration fiscale si je passe par Degiro.

            Mais, dans le cas par exemple d’un tracker de capitalisation de droit irlandais, si j’ai bien compris, on échappe alors au précompte mobilier puisqu’il ne distribue pas de dividendes ? (comme une sicav par capitalisation)

            Salutations

          • Bonjour Alex,

            Vous devez déclarer le précompte belge dans cos impôts uniquement s’il s’agit s’actions étrangères. En cas de dividendes sur actions belges, pour un client belge, Degiro ponctionne les 30% directement à la source.

            Concernant le tracker de capitalisation, c’est exact, il ne distribue pas de dividendes.

            Cordialement,

  3. Marcel Vincent

    Merci pour l’analyse.

  4. gazza8

    Merci pour ce billet. Utilisateur depuis près de deux ans, je partage les points exposés, et j’ai même appris des choses 🙂

  5. Lauritz

    Bonjour,

    De mon experience… meme pour les dividendes belge j’ai du déclarer.

    Ils m’ont pris a la source 28% pour mes dividendes proximus… ?!

    Je ne suis pas taxé non plus sur une action americaine (je n’en n’ai qu’une…). Je ne veux pas de problemes avec le fisc Americain… donc je vais vendre ma ligne.

    Avez vous aussi ce genre de problemes?

    Merci.
    BAV

    • Pour savoir exactement quoi déclarer, cliquez sur l’onglet “aperçu/rapport” dans votre compte Degiro. Chaque fiche mensuelle s’y trouve.

      En outre, si vous avez bien rempli le formulaire W8-BEN, le taux de prélèvement à la source des dividendes américains passe de 30% à 15%.

  6. J ai peur de comprendre !? Si je suis francais et que j achete des actions belges par exemple, il y aura un precompte de 30% puis à nouveau un precompte de 30% ( en france) ?
    Si j ai un dividende de 100 il me reste alors 40 !?
    Double imposition. Ca me parait etrange.
    Je crois que les dividendes sont soumus à la flat taxe en france soit 30%.
    Mer i de m eclairer.

    • Bonjour Sacha,

      Je ne connais pas bien la taxation françaises des dividendes. Ici en Belgique, il existe des conventions pour amoindrir la double imposition. La double imposition ne dépasse donc jamais 40,5% au total (même si c’est déjà pas mal).

      En France, pour un dividende de 1€, vous subirez donc d’abord le précompte de vos actions belges (30%), puis le précompte français (30%) sur le solde, soit 30% du solde qui est de 0,70€, donc 0,21€. Il vous reste donc théoriquement 0,49€ de dividende net (0,70 – 0,21).

      L’intérêt des accords de double imposition en Belgique, c’est qu’on limite la taxation à 40,5% maximum (même moins que ce pourcentage en cas de dividendes Belgique-France ou Belgique-USA), il vous reste donc 0,59€ et pas 0,49€. Mieux que rien !

      Le mieux est donc de vous renseigner au fisc français sur la taxation des dividendes étrangers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ne ratez aucune opportunité
Recevez la newsletter

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de TransactionBourse pour recevoir les dernières analyses.

Merci de votre inscription, consultez vos emails pour confirmer

Oups, quelque chose s'est mal passé