The Dogs Of The Dow : Une Stratégie Qui Surperforme Toujours Les Indices Boursiers En 2020

Le Dogs of the Dow est une antique méthode d’achat. Elle consiste à simplement acheter les 10 actions des entreprises qui distribuent les plus gros dividendes parmi les 30 sociétés qui composent l’indice Dow Jones Industrial Average.

Mais pourquoi l’appelle-t-on les chiens du Dow, en français? L’hypothèse la plus courante est que les actions du Dow Jones Industrial seraient en général peu attractives et mal-aimées, un peu à la manière dont on pourrait percevoir un chien errant.

Qu’à cela ne tienne, les défenseurs du Dogs of the Dow soutiennent justement que les entreprises qui composent cet indice, grâce à leur solidité, seraient plus en mesure de résister aux ralentissements économiques et aux corrections du marché boursier, et donc de maintenir intact leur rendement de dividende.

Mais il est vrai qu’elles restent en majorité des actions industrielles et paraissent donc peut-être moins sexy pour certains que Facebook, Alphabet ou Amazon… Les geeks pourront toutefois se consoler avec Apple et Microsoft, qui font partie du Dow Jones Industrial.

La stratégie Dogs of the Dow

Chaque année, le dogger va donc, selon ses moyens financiers et son profil d’investisseur, simplement acheter les dix meilleurs payeurs de dividendes du Dow Jones. Il va ensuite les conserver jusqu’à la fin de l’année, et au début de l’année suivante, il va simplement rééquilibrer son portefeuille.

La stratégie dite des Dogs of the Dow surperforme traditionnellement les indices boursiers.

Pour ce faire, il va comparer les dix nouveaux meilleurs verseurs de dividendes avec ceux qu’il possède déjà.

Si par exemple trois entreprises ne figurent plus dans son top 10, il les vendra pour acheter les trois nouvelles entrantes.

Il gardera ensuite son portefeuille jusqu’à l’année suivante, et ainsi de suite.

On peut trouver facilement la composition de l’indice Dow Jones Industrial Average sur Yahoo Finance en cherchant par nom ou par ticker (DJI) puis en cliquant sur l’onglet components.

Les statistiques

On peut considérer que la méthode Dogs of the Dow est née en 1928, quand l’indice s’est agrandi de 11 à 30 sociétés cotées.

Les statistiques du Dogs of the Dow

A partir de cette année-là et jusqu’en 2009, la stratégie a très régulièrement surperformé le S&P 500 sur des périodes glissantes de 10 ans, avec seulement 5 périodes sur 72 de sous-performances.

Pour s’imaginer plus clairement la chose, 10.000 dollars investis dans les Dogs of the Dow en 1928 valaient 55 millions en 2009, contre 11,7 millions pour le S&P 500.

Le rendement annuel moyen des Dogs s’élève à 11,22% sur ces 81 ans, contre “seulement” 9,12% pour le S&P 500.

Cette surperformance antérieure des Dogs of the Dow peut s’expliquer par le fait que le rendement S&P 500 n’a été tiré par les FAANG – les actions technologiques – qu’au cours de la toute dernière décennie et pas avant.

Lire aussi : Le Ishares S&P 500, Excellent Tracker De Moyen Terme

Concrètement, on achèterait quoi?

Cette année, les 10 meilleurs payeurs de dividendes du Dow Jones Industrial Average pour pratiquer le Dogs of the Dow sont les suivants.

Cette liste n’est présente qu’à titre d’exemple, car les entreprises américaines versent souvent leurs dividendes par trimestres ; de gros montants ont donc déjà été distribués cette année. La stratégie n’est donc pas à initier en cours d’année.

  • Exxon Mobil : 7,36%
  • Chevron : 5,31%
  • IBM : 5,05%
  • Boeing : 4,74%
  • United Technologies : 4,64%
  • Pfizer : 4,20%
  • Walgreens Boots Alliance : 4,20%
  • 3M Company : 3,73%
  • JP Morgan Chase : 3,45%
  • Coca-Cola : 3,42%

Les inconvénients de la méthode

  • Les frais de transactions sont plus élevés qu’en achetant un simple tracker de façon régulièrement, sur le S&P 500 par exemple ;
  • Comme il n’existe pas de tracker sur le Dow Jones Industrial Average, et encore moins sur ses dix actions qui versent les plus hauts dividendes, il faut les acheter ligne par ligne ;
  • En étant européen, on est imposé deux fois sur les dividendes. Pour plus de détails, voyez l’article sur l’imposition des dividendes étrangers.

Les avantages de la méthode

  • Surperformance moyenne des indices américains sur le long terme ;
  • On empoche de bons dividendes, même avec la double imposition.
  • Pas de recherches fondamentales à effectuer sur les actions.
  • On bénéficie donc d’une certaine tranquillité d’esprit et d’un gain de temps.

N’hésitez pas à me suivre sur Twitter pour d’autres analyses :

Profil Twitter TransactionB

Avertissement : Cette analyse est une indication, et aucunement un conseil d’achat. Par conséquent, l’auteur ne pourra être tenu responsable en cas de pertes sur le(s) produit(s) concerné(s). Tout investissement comporte des risques de pertes. Pour plus d’infos, voyez nos mentions légales.

NE RATEZ AUCUN ARTICLE !

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite

Merci de votre inscription, consultez vos emails pour confirmer

Oups, quelque chose s'est mal passé

← Previous post

Next post →

2 Comments

  1. Matthieu

    Bonjour, juste pour préciser qu’il existe le tracker DJIA chez SpDr, reprenant l’ensemble du DJ et versant des dividendes mensuels.
    Il est accessible sur De Giro car sur Euronext Amsterdam.
    Merci pour vos articles.

    • En fait, iShares et Lyxor proposent aussi des trackers sur le DJIA mais pas sur les 10 meilleurs payeurs de dividendes de l’indice.

      Et si c’était le cas, je crois que ça invaliderait de toutes façons la stratégie car elle a pour but de palper les 10 dividendes et pas 1 seul dividende d’un ETF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ne ratez aucune opportunité
Recevez la newsletter

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter

Merci de votre inscription, consultez vos emails pour confirmer

Oups, quelque chose s'est mal passé