Un océan de cygnes noirs… Voici 4 ans, je prédisais une chute inéluctable des marchés, pour des motifs divers (les planches à billets, les incertitudes géopolitiques, la discordance entre l’économie et les marchés) qui se sont aggravés depuis.

J’avais tort sur un seul point : le momentum. Et c’est plutôt gênant pour qui se risque aux prévisions. L’erreur fut de croire naïvement que les marchés finiraient par réagir face aux errements de l’économie.

Ce qui s’en est suivi fut une accumulation de records sur les marchés. Contrairement à l’adage, les arbres sont montés jusqu’aux nuages, pourtant bien sombres.

Je me suis donc lourdement trompé

À présent, j’évite les prédictions, mais j’observe plus attentivement le comportement des marchés quant aux signaux qu’il faut interpréter. Attention, je ne parle pas ici des analyses techniques, ni des avis de brokers ou autres devins.

Je ne parlerai pas non plus de complots mais, pour paraphraser un jeu très en vogue sur Androïd, plutôt de “mots entre amis”.

Madame Yellen, en son temps, annonçait que, de sa vie, elle ne connaîtrait sans doute jamais une crise financière de grande ampleur. Rassurant. Elle soulignait en effet que dans ce cas, les banques centrales interviendraient comme jamais, produisant de la monnaie de singe et des taux artificiellement bas.

Lire aussi : Le Titanic Et Les Banques Centrales : Une Comparaison Hasardeuse?

Le FMI prédit la possibilité d’une correction

Aujourd’hui, le FMI annonce qu’une correction sévère pourrait survenir bientôt. Inquiétant.

On me rétorquera que le Covid-19, un des plus fameux cygnes noirs de l’Histoire, est passé par là. Que l’économie mondiale devait bien finir par afficher des bilans négatifs suite à la pandémie. Pourtant, encore cette année, des records sur le Nasdaq ont été battus, et ce en pleine crise sanitaire.

Le Covid-19 fut l'un des plus fameux cygnes noirs de l'Histoire
Le Covid-19 fut l’un des plus fameux cygnes noirs de l’Histoire

Lire aussi : Le Vaccin Covid-19 Accessible à La Population. Une Bonne Nouvelle?

Tout porte à croire qu’il n’y a plus de régulation possible, que les ficelles sont usées. D’autres signes illustrent cette perte de contrôle qui nous inquiète aujourd’hui. Les bulles ont rejoint les arbres au-dessus des nuages. Tesla, pour ne citer que cet épiphénomène, mais aussi, ces dernières semaines, des sociétés cotées qui grimpent par dizaines de pourcents chaque jour, 250% à 300% en une semaine pour certaines. Inexplicable sans évoquer une manipulation grossière, suivie d’une absence de réactivité des autorités financières.

On le sait : ce sont les immenses fortunes qui auront profité de ces inadéquations entre l’économie et les marchés. Rappelons les escalades de la dette, qui bat des records moins glorieux.

NEWSLETTER GRATUITE

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter dans votre boîte mail et être notifié des nouveaux articles.

Consultez notre politique de confidentialité

Qui va payer les pots cassés?

Oui, la question se pose : qui dit dette dit prêteur. Et donc garantie. Et quelle serait donc cette garantie, comparable aux fameux 100.000€ promis par nos États en cas de défaillance bancaire? Vous et moi. Nos comptes d’épargne. Notre argent devenu virtuel. Une vie de plus en plus chère pour des salaires qui stagnent, des emplois qui se précarisent, une jeunesse sacrifiée, désenchantée.

Déplorable encore, le règne des religions, toutes les religions, soutiens des politiques (y compris la religion laïque, la plus puissante de toutes). À la clef, l’autorité accordée par des militants qui ont infiltré tous les niveaux de pouvoir : la Justice, les médias et les partis politiques.

Et ceux-ci l’exercent dans l’anonymat de leurs engagements occultes. On comprend, en les écoutant, pourquoi tant de gens sont devenus complotistes. Sans ces manoeuvres délétères et protégées, les complots apparaîtraient comme des inventions marginales. La confiance se gagne par gouttes et se perd par seaux entiers.

L’addition sera lourde

Et elle l’est déjà. La pauvreté s’est accrue, là où les profits ont progressé. Et je plains ces citoyens qui auront massivement investi dans l’économie ces derniers mois, portés par un vent d’optimisme sur des titres exorbitants.

Aux premiers temps du Bitcoin, face à ceux qui me demandaient pourquoi je n’y avais rien investi, je répondais en boutade que l’édifice s’écroulerait sans doute le jour où des gens comme moi commenceraient à s’y intéresser. C’était une boutade, mais elle s’applique aujourd’hui aux nouveaux investisseurs en bourse.

Tout le monde ne peut pas gagner. C’est même à ce signe qu’on reconnaît peut-être la survenue d’une correction ; elle commence lorsque tout le monde gagne, ou semble gagner. Les petits groupes d’initiés, voyant les badauds se ruer vers des valeurs pourries, finissent par se lasser, et vendent à l’unisson.

Il sera donc intéressant d’observer l’évolution des marchés boursiers dans les prochains mois, car les véritables cygnes noirs sont, par définition, totalement imprévisibles

J’achète Le Cygne noir : la puissance de l’imprévisible sur Amazon

close

NEWSLETTER

NE MANQUEZ PLUS RIEN

Comme nos 1 489 abonnés, recevez notre newsletter.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NE MANQUEZ PLUS RIEN

Comme nos 1 489 abonnés, inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter.

Newsletter garantie sans spams. Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’infos.