Depuis son lancement en octobre 2019, l’action Virgin Galactic, $SPCE, a connu de très hauts niveaux dus à des périodes de spéculation euphorique, mais est récemment retombée à un niveau plus bas que celui de l’introduction en bourse de son SPAC (11,75$). Elle vient d’ailleurs de sous-performer de 16% son indice de référence, l’US Aerospace & Defense industry. Alors faut-il investir à ce prix?

Le cashburn

Le cashburn de Virgin a toujours été élevé. Il était de 16 millions par mois quand j’avais publié cet article. Qu’à cela ne tienne, il a encore augmenté, avec des pertes abyssales en 2020 : le Free Cash Flow était négatif de -250 millions de dollars. Le FCF sur les douze derniers mois n’est pas très différent, avec des rentrées négatives de 241 millions.

Heureusement, la réserve de cash est actuellement de 720 millions, ce qui permettra à la société d’assurer ses activités pendant un certain temps, que nous verrons plus bas.

En 2018, 2019 and 2020 les pertes nettes s’élevaient à respectivement 138 millions, 210 millions et 273 millions de dollars. Et la situation n’est malheureusement pas prête de s’améliorer comme le montre le graphique ci-dessous :

Virgin Galactic : La "Comète", Déjà Écrasée Avant Le Décollage? 1

La dette

Virgin Galactic n’a presque pas de dettes. Du moins, pour le moment. Elle n’a en fait pas vraiment eu besoin d’émettre de la dette pour financer son développement puisque jusqu’à présent, elle l’a fait en diffusant de nouvelles actions sur le marché. Ces émissions font d’ailleurs l’objet du point suivant.

Virgin Galactic : La "Comète", Déjà Écrasée Avant Le Décollage? 2

Dans l’état actuel de diminution progressif du free cash flow de 15%, du cash burn et du cash disponible, la société pourrait pouvoir financer ses activités pendant un peu plus de 2 ans.

Et après ces 2 ans , il va se passer quoi?

C’est justement là où le bât blesse : en 2023, Virgin Galactic ne sera théoriquement toujours pas rentable, ni en 2024 ou 2025 d’ailleurs. Pour éviter la liquidation, elle va donc devoir soit créer de la dette, soit se financer en créant encore de nouvelles actions, comme elle l’a déjà fait plusieurs fois, diminuant ainsi son futur (et très hypothétique) bénéfice par action, et flouant ses actionnaires.

La dilution

Je viens de l’écrire : Virgin Galactic doit émettre des actions pour ne pas couler. C’est ainsi qu’en à peine deux ans, le nombre de titres en circulation a été multiplié par 2,7 (de 86 à 236 millions), occasionnant une énorme dilution de 270% pour l’actionnaire.

Virgin Galactic : La "Comète", Déjà Écrasée Avant Le Décollage? 3
Le nombre d’actions en circulation de Virgin Galactic

En outre, la société vient juste d’annoncer son intention de placer entre 425 et 500 millions de dollars de notes convertibles via un placement privé, qui sera sans doute souscrit sans problème vu qu’elle possède quelques actionnaires de renom. Elle renforcera ainsi son cash disponible à court terme mais affaiblira son bilan à moyen terme.

Les insiders vendent en masse

Le dernier achat d’initié remonte au 14 mai 2020. Depuis lors, toutes les transactions qui ont été exécutées par le management ont été des ordres de vente.

Depuis le lancement du titre sur les marchés, les insiders ont acheté pour 100 millions de dollars d’actions et en ont vendu pour 1,73 milliard, occasionnant un ratio achats/ventes négatif de 1,63 milliard.

Les insiders vendent Virgin Galactic en masse

Pas de catalyseurs en vue

L’un des plus gros problèmes de Virgin Galactic est qu’il n’existe actuellement aucun catalyseur qui pourrait venir soutenir ou même booster le cours de l’action.

Son évolution s’effectue pour le moment uniquement sur de la spéculation à court et moyen terme et rien d’autre.

C’est certain, il vaut donc mieux éviter d’investir dans la société sur le long terme, mais… également sur les courts et moyens termes, puisqu’ils sont assimilables à un pile ou face, aussi appelé “flipism“. Ce concept est illustré dans cette courte vidéo :

Et les vols payants alors?

Depuis la création de la SPAC en 2019, les vols commerciaux ont été maintes fois reportés. Cette fois, la dernière nouvelle en date annonce des vols accessibles à partir d’octobre 2022. L’avenir nous dira si la boîte parvient à respecter ses délais cette fois.

En résumé

Investir dans Virgin Galactic, c’est faire une sorte de pari asymétrique à espérance de gain négative : vous avez finalement relativement peu à y gagner et beaucoup à y perdre.

La firme ne pourra en effet jamais récompenser ses actionnaires comme il se doit avant plusieurs années, étant donné que le capital a été dilué de façon outrancière.

Et il le sera sans doute encore davantage à l’avenir, car l’entreprise n’a pas d’autre choix que d’émettre de la dette ou de nouvelles actions pour financer ses activités.

Avertissement : Les informations contenues dans cette analyse ne sont pas des conseils d’achat. Par conséquent, l’auteur ne pourra être tenu responsable en cas de pertes sur le(s) produit(s) concerné(s). Tout investissement comporte des risques de pertes. Pour plus d’infos, voyez nos mentions légales.

Je m’inscris à la newsletter gratuite de TransactionBourse.com

Bannière Newsletter Revue TransactionBourse.com

Rejoignez notre groupe Facebook sur la bourse & l’investissement

Virgin Galactic : La "Comète", Déjà Écrasée Avant Le Décollage? 4
Virgin Galactic : La "Comète", Déjà Écrasée Avant Le Décollage? 5